Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
L'AFSOC utilise une GBU-43B MOAB en Afghanistan contre un complexe souterrain de l'Etat Islamique

L'AFSOC utilise une GBU-43B MOAB en Afghanistan contre un complexe souterrain de l'Etat Islamique

© DR - La GBU-43B MOAB en exposition devant l'US Air Force Plant 42.

© DR - La GBU-43B MOAB en exposition devant l'US Air Force Plant 42.

Alors que l'organisation Etat Islamique monopolise tous les regards sur elle en Irak et en Syrie, où elle subit de nombreuses défaites et perd du territoire, elle tente toutefois de s'implanter fermement, depuis plusieurs mois maintenant, en Afghanistan.

C'est donc dans ce cadre là que les forces armées américaines en Afghanistan (USFOR Afghanistan), engagées dans l'opération Resolute Support, ont pour la toute première fois réalisé une frappe aérienne avec une GBU-43B MOAB (Massive Ordnance Air Burst, ou Mother of All Bombs).

En effet, selon le communiqué de presse publié ce jeudi 13 avril 2017 par l'USFOR Afghanistan, les forces américaines «ont conduit un raid aérien contre un complexe souterrain de l'Etat Islamique situé dans le district d'Achin, dans la province de Nangarhar», dans l'est du pays.

Cette frappe a été menée aux alentours de 19h30 (heure locale) par un MC-130 Combat Talon II de l'US Air Force Special Operations Command (USAFSOC) avec une GBU-43B «dans le cadre des efforts en cours pour vaincre l'Etat Islamique implanté en Afghanistan».

Toujours selon le communiqué de presse officiel, cette frappe aérienne «a été mise en place afin de minimiser les risques pour les forces afghanes et américaines lors d'opérations de déminage dans la région, tout en maximisant la destruction des combattants et des installations de l'Etat Islamique».

En service depuis 2003, la GBU-43B MOAB a été développée et conçue par l'Air Force Research Laboratory l'année précédente et elle est produite non pas par un industriel privé, mais par le McAlester Army Ammunition Plant (MCAAP), de l'US Department of Defense.

Deux essais ont été nécessaires lors de la phase de développement avec un premier réalisé en mars 2003 dans un champ de tirs appartenant à la base aérienne d'Eglin, en Floride, tandis que le second s'est tenu huit mois plus tard, en novembre 2003.

A ce jour, outre les deux bombes construites pour les essais et après cette première frappe aérienne, il ne reste officiellement que quatorze exemplaires en service, sur les quinze produits.

Actuellement, il s'agirait de la bombe conventionnelle la plus puissante construite à ce jour, juste avant la bombe H.

La MOAB pèse 10 300 kilogrammes, est longue de 9,18 mètres et a un diamètre de 1,03 mètre. Elle contient 8 500kg d'explosif H6, qui est un composé de RDX, de nitrocellulose, de TNT et de poudre d'aluminium. L'explosion d'une telle bombe est l'équivalent d'une explosion de 11 tonnes de TNT.

Elle est obligatoirement mise en oeuvre depuis un avion MC-130 Combat Talon II qui dispose dans sa soute d'un rail qui permet de se délester de la bombe installée dans une caisse.

Au moment venu, rampe ouverte, la bombe est larguée à haute ou moyenne altitude à l'aide d'un parachute de freinage et elle se détache de la caisse.

Alors sortie de l'avion, la bombe déploie des ailettes qui vont lui permettre d'atteindre son objectif grâce notamment à un système de guidage par satellite, couplé aux coordonnées GPS de la cible qui permettent d'atteindre le point exact voulu en s'activant quelques instants avant la frappe.

La MOAB ne pénètre pas la cible mais explose juste quelques mètres au-dessus. Cela permet de détruire non seulement l'objectif durci ainsi que les individus qui se trouvent à la surface.

Le rayon de l'explosion est de 1,60km, alors que l'onde de choc produite s'étire sur 3,21km.

Le blog The Aviationist explique que la GBU-43B est utilisée afin de «produire une 'surpression' ou une onde de choc barométrique localisée pour neutraliser la cible».

«L'onde de choc générée par la libération massive de l'énergie lors de l'explosion est transmise à travers l'air et dans des objets solides tels que des bunkers renforcés et des complexes souterrains. Il en résulte souvent leur effondrement», détaille-t-il.

Outre l'effet destructeur, la MOAB a aussi un important effet psychologique contre l'ennemi qui en est la victime.

En effet, ce pouvoir psychologique s'explique «en raison de son explosion massive et de sa capacité à produire un grand nuage en forme de champignon dans certains environnements atmosphériques et sur certains terrains, mimant alors l'apparition d'une frappe nucléaire».