Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
L'AASM Agile Release Capability fait son entrée dans les forces françaises

L'AASM Agile Release Capability fait son entrée dans les forces françaises

© via page FB CEAM 00.330 - Tir sous facteur de charge d'une AASM ARC par un Rafale C.

© via page FB CEAM 00.330 - Tir sous facteur de charge d'une AASM ARC par un Rafale C.

L'AASM (Armement Air-Sol Modulaire) est un kit de guidage qui se monte sur des corps de bombe au standard OTAN, et qui est quotidiennement utilisé par l'Armée de l'Air française dans ses opérations extérieures, notamment au Moyen-Orient (opération Chammal).

Alors que les différentes versions sont déjà utilisées dans des conditions opérationnelles sur les théâtres d'opérations, en France, les campagnes d'essais continuent de se dérouler afin de définir de meilleures conditions d'utilisation.

En effet, selon un post du CEAM 00.330 (Centre d'Expertise Aérienne Militaire) sur sa page Facebook officielle, le CEAE (Centre d’Expertise de l’Armement Embarqué) de la base aérienne 120 de Cazaux «a été sollicité pour expérimenter» l'AASM ARC, pour Agile Release Capability.

Le premier tir de cette bombe s'est tenu le 26 janvier 2017, «au large de Biscarrosse et valide d’ores et déjà une 1ère capacité opérationnelle», selon les dires du CEAM.

Cette même source explique que l'AASM ARC apporte à l'Armée de l'Air française avec ses Rafale C/B et à la Marine Nationale avec les Rafale M un «nouveau matériel qui apporte 3 avancées majeures d’un point de vue opérationnel».

En effet, dorénavant, les Rafale équipés de cette munition lors d'une opération pourront effectuer un tir dans la «wheel» lors d'une mission d'appui aérien rapproché (CAS, Close Air Support) et tout cela «sans avoir à mettre le cap vers l’objectif». 

Ils pourront également effectuer un tir «en très basse altitude à très grande vitesse» et enfin, réaliser le «tir sous facteur de charge».

Dans son post, le CEAM a conclu en ajoutant que «d'autres capacités seront expérimentées dans les semaines à venir», mais il n'a pas donné de détails sur ces dernières.

© J.L. Brunet / Armée de l'Air - Trois AASM à guidage laser sous un Rafale lors du salon du Bourget.

© J.L. Brunet / Armée de l'Air - Trois AASM à guidage laser sous un Rafale lors du salon du Bourget.

L'AASM «se présente sous la forme de kits qui sont montés sur des corps de bombes standards OTAN» explique la DGA, et qui sont utilisés «avec succès lors des opérations extérieures».

Ces kits de guidage s'adaptent sur des corps de bombes de 125, 250, 500, et 1 000kg, peuvent être utilisés à plus de 60km de distance de la cible ce qui permet à l'avion-tireur de frapper ses objectifs à distance de sécurité, et que ce soit à haute ou basse altitude.

Aujourd'hui, après des évolutions et des modifications face aux retours d'expériences (RETEX), cet armement français se décline en plusieurs versions, ce qui permet une «souplesse d’emploi quelles que soient les conditions météorologiques et une extrême précision», vante la DGA.

• La première version (SBU-38 Hammer) est celle dite AASM INS/GPS, à guidage inertiel hybridé GPS. Sagem explique sur son site «qu'une fois les coordonnées entrées dans l'arme, le guidage inertiel lui permet d'atteindre sa cible sans recours au signal GPS si celui-ci est indisponible».

• La deuxième version (SBU-64 Hammer) est celle dite AASM INS/GPS IR, à «guidage inertiel/GPS, complété d'un guidage terminal à imageur infrarouge».

Ici, l'AASM comporte un «modèle simplifié de l'image de la scène autour de la cible qui est préalablement introduit dans l'arme, et l'imageur permet le recalage de la trajectoire de l'AASM en fonction des missions, au cours des dernières secondes avant l'impact, grâce à ses algorithmes de reconnaissance d'images».

Cette version permet de toucher l'objectif, même si le guidage GPS est erroné ou s'il est victime d'un dysfonctionnement.

• Enfin, la troisième et dernière version (SBU-54 Hammer) est celle dite AASM INS/GPS/Laser, qui est guidée par une nacelle de désignation laser d'un aéronef ou par un FAC au sol. 

Le guidage laser permet notamment d'utiliser cet AASM contre «des cibles mobiles manoeuvrantes, terrestres ou navales», de la même manière que les GBU à guidage laser.