Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Un appareil de la Force Aérienne Nigériane frappe accidentellement un camp de réfugiés

Un appareil de la Force Aérienne Nigériane frappe accidentellement un camp de réfugiés

© NAF - Décollage d'un Alpha Jet A nigérian vers le Sénégal pour la mise en place d'une force d'intervention contre la Gambie.

© NAF - Décollage d'un Alpha Jet A nigérian vers le Sénégal pour la mise en place d'une force d'intervention contre la Gambie.

Depuis 2015, le Nigéria a lancé une importante opération, appelée Lafiya Dole, contre le groupe Boko Haram qui est implanté dans le nord-est du pays, mais aussi au Cameroun, où il contrôle des villages et pille et tue dans les zones qu'il dirige.

Cette opération, qui comprend un volet terrestre ainsi qu'un volet aérien, a déjà permis de libérer des villages, de le pousser à quitter la forêt où il s'était établi, et d'arrêter plus de 500 jihadistes du groupe Boko Haram.

C'est donc dans ce cadre là, lors d'une mission d'attaque au sol, qu'un avion de combat de la Force Aérienne Nigériane, dont le type exact n'est pas connu, a procédé à une frappe aérienne accidentelle contre un camp de réfugiés installé dans la localité de Rann, située à environ 65km de N'Djamena (Tchad), et dans l'Etat de Borno (nord-est du pays).

Selon les médias locaux et internationaux, la Force Aérienne Nigériane s'apprêtait à effectuer une frappe aérienne contre un camp de Boko Haram qui se trouvait dans la zone des opérations, ce mardi 17 janvier 2017.

Mais lors de cette mission, l'appareil n'a pas identifié la nature du camp de réfugiés et a effectué sa frappe aérienne, croyant frapper les jihadistes de la région.

L'attaque du camp et de ses occupants a conduit à la mort de plus de 70 personnes et à plus d'une centaine de blessés qui se trouvaient tous à l'intérieur du camp. En plus des pertes humaines, plus d'une trentaine de bâtiments et d'abris ont été détruits lors de la frappe aérienne.

Lors d'un point-presse du major général Lucky Irabor à Maiduguri, capitale de l'Etat du Borno, ce dernier a déclaré que les forces armées nigérianes avaient «reçu des informations faisant état de regroupements de terroristes de Boko Haram quelque part dans la région de Kala-Balge».

«Nous avons obtenu les coordonnées et j'ai ordonné à l'aviation d'intervenir pour résoudre le problème. La frappe a été menée, mais malheureusement il s'est avéré que des habitants ont été touchés», a-t-il expliqué.

A la suite de cette frappe, la Force Aérienne Nigériane a indiqué dans un communiqué de presse qu'elle «est attristée par la frappe aérienne accidentelle menée par son avion de chasse à Rann, dans la région de Kala Balge de l'Etat de Borno, et dans laquelle des vies innocentes ont été perdues».

«Les pertes occasionnées par ce malheureux incident sont profondément regrettables. La Force Aérienne Nigériane s'apitoie avec les personnes et les familles touchées, et elle rendra compte publiquement dès que des faits détaillés se dégageront de l'enquête», a-t-elle précisé.

Dans un second communiqué de presse, la force aérienne a expliqué qu'elle venait de «constituer un conseil composé d'officiers supérieurs afin d'enquêter sur la frappe aérienne accidentelle du 17 Janvier 2017 à Rann».

Les enquêteurs seront notamment chargés «de déterminer les causes immédiates et éloignées, ainsi que les circonstances qui ont mené à cet incident. Ceci en vue de prévenir des événements futurs».

Pour rappel, pour mener ses frappes aériennes, la Force Aérienne Nigériane dispose d'une douzaine d'Alpha Jet A et Alpha Jet E, d'une dizaine de FT-7Ni Chengdu (version chinoise du MIG-21 Fishbed), ainsi qu'une petite vingtaine de L-39 Albatros.