Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Les Etats-Unis entament la production en série du ravitailleur KC-46A Pegasus

© USAF - Essais de ravitaillement en vol d'un F-16 auprès d'un KC-46A.
© USAF - Essais de ravitaillement en vol d'un F-16 auprès d'un KC-46A.

Le 18 juillet 2016, le KC-46A Pegasus, nouvel avion de ravitaillement en vol de l'US Air Force (USAF), a terminé l'ensemble de ses essais en vol ainsi que ceux consacrés au ravitaillement en vol des aéronefs (F-16 ; F/A-18 Hornet/Super Hornet ; AV-8B Harrier II ; C-17 Globemaster III ; et KC-10 Extender) après un dernier vol d'essais avec un A-10 Thunderbolt II.

A la suite de ce dernier vol, marquant la validation de l'étape «Milestone C», l'USAF annonçait dans son communiqué de presse que Frank Kendall, le sous-secrétaire d'Etat à la Défense pour l'acquisition, la technologie, et la logistique, s'apprêtait à donner le feu vert à Boeing, dans le courant de la fin du mois d'août 2016, pour la production du lot 1 et 2 de KC-46A, soit pas moins de dix-neufs appareils.

Mais finalement, ce feu vert a été donné plus tôt que prévu. En effet, l'US Air Force a publié un communiqué, ce 12 août 2016, en déclarant que Frank Kendall venait officiellement d'annoncer la validation du «Milestone C», une étape clef dans les programmes militaires aux Etats-Unis, permettant notamment leur production.

Le communiqué précise que ce premier contrat, d'un montant d'environ 2,8 milliards d'euros, prévoit l'achat de dix-neufs KC-46A, ainsi que des lots de pièces de rechange afin d'entretenir dans le temps ces jeunes avions.

La livraison des premiers appareils doit intervenir dans le courant du début de l'année 2018, et la base aérienne de McConnell (Kansas) et de Altus (Oklahoma) seront les deux premières bases de l'US Air Force à recevoir et à mettre en oeuvre ces ravitailleurs.

En raison de leurs arrivées, ces bases se sont adaptées, modernisées, et ont construit de nouveaux bâtiments, notamment les hangars, afin d'y conserver les KC-46A et d'assurer leur maintenance dans des conditions spécifiques à leur utilisation.

© USAF - Allégorie des futures années dans l'USAF : Les KC-10 (ravitailleur) en soutien des KC-46A (ravitaillé), tandis que les KC-135 (au fond) quittent le service actif
© USAF - Allégorie des futures années dans l'USAF : Les KC-10 (ravitailleur) en soutien des KC-46A (ravitaillé), tandis que les KC-135 (au fond) quittent le service actif

Deborah Lee James, la secrétaire à l'US Air Force, a de son côté affirmé qu'elle félicitait l'ensemble des équipes qui ont travaillé sur cet appareil, malgré les nombreux et difficiles défis techniques. Elle a toutefois nuancé ces propos en ajoutant que «le programme KC-46 a fait des progrès significatifs afin d'emmener l'US Air Force vers une modernisation nécessaire de notre flotte de ravitailleurs stratégiques».

La conception du KC-46A a été plus longue, plus compliqué, et plus coûteuse que ce qui été au départ prévu. Un problème de poids sur les charges axiales de la perche rigide de ravitaillement en vol, des retards de la part des sous-traitants de Boeing, des difficultés dans la conception des systèmes de bord, etc…

Ces nombreux retards et l'augmentation du prix global du programme avaient poussé le Government Accountability Office des Etats-Unis a critiqué ouvertement ces déboires et à émettre des doutes quant à la capacité de Boeing à pouvoir assurer le cahier des charges de l'appareil ainsi que les temps impartis pour la livraison des premiers Pegasus.

Afin de renouveller l'ensemble de son parc des avions de ravitaillement en vol KC-135R et KC-135T, actuellement composé de près de 400 (!) unités, l'US Air Force prévoit de commander 179 KC-46A Pegasus. D'autres versions, dans quelques années, pourraient aussi voir le jour et être commandées. Ces ravitailleurs évolueront aux côtés des 59 KC-10 Extender.

Partager cet article

Commenter cet article