Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Le F-35 Lightning II effectue son premier vol transatlantique

Photo : © Lockheed Martin - Premier vol du premier F-35 assemblé en Italie.
Photo : © Lockheed Martin - Premier vol du premier F-35 assemblé en Italie.

On l'attendait pour l'été 2014, d'Ouest en Est, avec des F-35B Lightning II de l'US Marine Corps se rendant au Royal International Air Tattoo et au salon de Farnborough, le premier vol transatlantique d'un F-35 a finalement été effectué le 05 Février 2016 par un F-35A de l'Aeronautica Militare, d'Est en Ouest.

L'appareil, le AL-1, a atterri sur la Naval Air Station de Patuxent River, dans le Maryland, sur la côte Est des Etats-Unis, aux alentours de 14h25 (heure locale), avec le pilote d'essais italien le Major Gianmarco, indicatif «Ninja», et ancien pilote de chasse sur Tornado IDS (version de reconnaissance).

Le pilote, qui détient 80 heures de vol sur F-35 et qui a été diplômé depuis la base de Luke, dans l'Arizona, a décollé de la base aérienne de Cameri, en Italie, le 02 Février, s'est ensuite rendu sur la base aérienne de Lajes, appartenant à la Força Aérea Portuguesa, connue pour être une base de transit entre le continent européen et américain.

Arrivé à Patuxent River après deux jours de retard en raison de mauvaises conditions météorologiques sur le plan de vol, ce F-35A du 32 Wing a effectué un vol de plus de sept heures, ponctué par trois ravitaillement en vol effectués auprès d'un ravitailleur KC-767 de l'Aeronautica Militare.

L'appareil a traversé l'Océan Atlantique aux côtés de deux C-130 Hercules italiens qui avaient pour objectif de larguer un canot de sauvetage gonflable en cas d'éjection du pilote, de deux ravitailleurs italiens, et d'un Eurofighter Typhoon, qui se sont rendus sur la base aérienne de Pease Air de l'US National Guard, dans le New Hampshire, pour participer à l'exercice Red Flag 2016-1.

Le pilote du Lightning II, dont l'assemblage final s'est effectué en Italie, sur la chaîne d'assemblage de l'usine de Finmeccanica-Alenia Aermacchi, a indiqué lors de son arrivée que sur les sept heures de vol accomplies, cinq ont été effectuées dans des conditions de vol difficiles, avec de fortes perturbations.

M. Gianmarco a notamment déclaré que «le premier [ravitaillement] s'est déroulé dans les nuages, le deuxième était aussi dans les nuages, et le troisième a eu lieu sous de fortes turbulences, mais nous avons eu 100% de réussite».

Devant les autorités militaires de la base et les généraux de l'Aeronautica Militare, qui avaient fait le déplacement, le pilote d'essai a ajouté «qu'il n'y avait pas eu de déconnexions [lors des ravitaillements en vol]. Le F-35 est vraiment, vraiment stable. Le système des commandes de vol est très impressionnant car il est vraiment facile de rester dans sa trajectoire».

Sur la NAS de Patuxent River, le F-35A italien sera soumis à des tests dans un environnement électromagnétique durant deux à trois mois, pour vérifier que l'appareil absorbe bien les ondes radars et qu'il n'y a pas de défauts de construction.

Une fois ces tests accomplis, l'appareil rejoindra la base aérienne de Luke afin de s'intégrer au sein de l'école internationale qui forme les futurs pilotes de chasse de F-35A/B/C, qu'ils américains, italiens, australiens, néerlandais, mais aussi israéliens et japonais.

Par ailleurs, quatre autres F-35 italiens doivent rejoindre cette école internationale afin de constituer une flotte de F-35 permettant la formation des pilotes de chasse des différentes nations intégrées au programme.

Partager cet article

Commenter cet article

rascal 08/02/2016 12:41

Article très intéressant, merci. Sacrée escorte pour la traversée de l'Atlantique !