Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Le premier Pilatus PC-21 de l'Armée de l'Air française a effectué son premier vol

Le premier Pilatus PC-21 de l'Armée de l'Air française a effectué son premier vol

© Stephan Widmer - Le premier PC-21 français u roulage, de retour après son second vol.

© Stephan Widmer - Le premier PC-21 français u roulage, de retour après son second vol.

EXCLUSIF !

Ce lundi 10 juillet 2017, le premier Pilatus PC-21 (serial number 293 ; immatriculation 709-FC) de l'Armée de l'Air française a effectué son premier vol d'essais après une série de tests effectués au sol dans le courant de la fin du mois de juin.

Après ce premier vol, une seconde sortie a été menée le lendemain, le 13 juillet, en présence d'une délégation française composée de militaires de l'Armée de l'Air française et du Ministère français de la Défense.

A ce jour, au moins quatre PC-21 français sont actuellement dans les chaînes d'assemblage final, situées dans le centre de la Suisse, sur la commune de Stans (canton de Nidwald).

Le 30 décembre 2016, le Ministère français de la Défense et l'avionneur suisse Pilatus ont signé un contrat, dont le montant n'a pas été précisé, pour la vente de 17 avions d'entraînement avancé PC-21 au profit de l'Armée de l'Air française.

Ces 17 appareils, dont les premiers devraient être livrés à partir de 2018, seront stationnés sur la base aérienne 709 de Cognac, où a lieu une partie de la formation des jeunes pilotes de chasse et des navigateurs officiers système d'armes.

Merci au photographe pour ces photographies. A retrouver sur sa galerie Flickr ici.

© Stephan Widmer - Décollage du premier PC-21 à l'occasion de son second vol, en présence d'une délégation française.

© Stephan Widmer - Décollage du premier PC-21 à l'occasion de son second vol, en présence d'une délégation française.

Pour rappel, ce contrat d'une durée de 11 ans a été signé avec l'entreprise britannique Babcock Mission Critical Services France (BMCSF) et Dassault Aviation, qui seront chargés de mettre en oeuvre ces avions, et d'assurer le soutien technique auprès des aviateurs français.

Les PC-21 doivent remplacer la flotte des Alpha Jet de Tours dont l'avionique devient obsolète face à celle qui a été développée pour les avions de combat de 4ème et 5ème génération, dont le Rafale.

Toutefois, une partie de la flotte des «Gadget» devrait encore servir pendant plusieurs dizaines d'années. Notamment ceux modernisés et utilisés sur la base aérienne de Cazaux pour former les élèves-pilotes aux manoeuvres tactiques et par l'EE 3/8 «Côte d'Or», dans leur rôle de Red Air (ou Aggressors).

Ce contrat a été conclu à la suite de l'appel d'offres lancé en avril 2015 par la Direction Générale de l'Armement (DGA), qui expliquait alors qu'il s'agissait de la «fourniture de moyens de formation modernisée et d'entrainement différencié des équipages de chasse (FOMEDEC), avec prestations de mise à disposition, prestations de soutien et travaux d'infrastructures associés».

Dans le détail, BMCSF aura pour objectif d'assurer le suivi complet des PC-21, de mettre en place «les différents outils de simulation au sol, de réaliser des infrastructures dédiées aux moyens de simulation», et de constituer un «service de soutien», toujours d'après les termes de l'appel d'offres.

Le travail sera conséquent puisque la DGA table sur la réalisation «d'environ 11 000 à 13 500 heures de vol, et, pour les principaux simulateurs : environ 3 900 à 5 600 heures pour un simulateur de type Full Mission simulator, et environ 2 300 à 3 100 heures pour un simulateur de type Part Task Trainers».

Ces heures de vol devraient donc permettre de former, sur une année, environ 30 élèves pilotes de l'Armée de l'Air, 10 navigateurs officiers système d'armes, 10 élèves pilotes de la Marine Nationale et 10 élèves moniteurs simulateur.

Enfin, ces avions et leurs simulateurs devront aussi permettre l'entraînement d'une cinquantaine de pilotes de chasse expérimentés.

Ces derniers sont issus du «second cercle», qui prévoit la tenue d'une centaine d'heures de vol de pilotes expérimentés sur simulateurs afin d'entretenir leurs compétences et de les déployer en opérations si besoin est.

La DGA explique que ce «second cercle» «permet le maintien à moindre coût d'un socle de compétences opérationnelles. Il correspond à un volume d'équipages expérimentés qui pourra suppléer le 1er cercle [pilotes opérationnels, NDLR] pour certaines missions».

Outre les avions, et comme évoqué précédemment, le contrat prévoit aussi la livraison de «simulateurs de vol (Full Mission Simulator), de simulateurs de vol simplifiés (Part Task Trainer, PTT), et de simulateurs d'éjection».

Enfin, la société devra également fournir des «moyens de formation informatique (Computer Based trainer, CBT), des systèmes de préparation de mission et de restitution de mission (SPRM), et des bâtiments abritant les outils de simulation».