Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
L'achat d'un nouvel avion de combat ne serait plus une priorité pour la Malaisie

L'achat d'un nouvel avion de combat ne serait plus une priorité pour la Malaisie

© USAF - Pendant l'exercice COPE TAUFAN 2014, formation d'un F-15C Eagle et F-22 Raptor de l'US Air Force, accompagnés par un F/A-18D Hornet, MIG-29N Fulcrum, Hawk 208 et un Su-30MKM de la Force Aérienne Royale Malaysienne.

© USAF - Pendant l'exercice COPE TAUFAN 2014, formation d'un F-15C Eagle et F-22 Raptor de l'US Air Force, accompagnés par un F/A-18D Hornet, MIG-29N Fulcrum, Hawk 208 et un Su-30MKM de la Force Aérienne Royale Malaysienne.

Lors du salon LIMA 17 (Langkawi International Maritime and Aerospace Exhibition) qui s'est tenu du 21 au 25 mars 2017 sur l'aéroport international de Langkawi, le Ministre malaisien de la Défense Hishammuddin Hussein a déclaré que la sélection du prochain avion de combat se ferait entre le Rafale de Dassault Aviation et l'Eurofighter Typhoon, proposé par BAE Systems.

L'agence de presse Reuters précisait alors que cette sélection s'est faite au détriment de Saab qui proposait le JAS-39 Gripen et de l'avionneur russe Sukhoï qui espérait placer le Su-35. Toutefois, s'il ne reste à ce stade que deux concurrents en lice pour atterrir au sein de la Force Aérienne Royale Malaisienne (RMAF), la décision finale ne semble pas être pour tout de suite.

En effet, le Premier Ministre malaisien Najib Razak est actuellement concentré sur les élections nationales de 2018 et les dossiers sociaux et économiques internes au pays.

C'est sans doute la prochaine majorité à la tête du pays qui devra officialiser le vainqueur de ce contrat, estimé à environ 2 milliards de dollars et qui prévoit l'achat de 18 avions de combat dans le but de poursuivre la modernisation de la Force Aérienne Royale Malaisienne.

Et cette tendance, qui pousse vers un recul de l'achat d'un nouvel avion de combat, vient de se confirmer au cours de ces dernières semaines.

En effet, selon les informations de l'agence de presse Reuters, en date du 13 juillet 2017, le gouvernement malaisien a pris la décision de suspendre le budget de 2 milliards de dollars consacré à l'achat du nouvel avion de combat.

Les discussions seraient donc temporairement suspendues afin de débloquer d'autres fonds dans le cadre de la modernisation et/ou de l'achat d'avions de surveillance et de patrouille maritime afin de renforcer les capacités ISR (Intelligence, Surveillance et Reconnaissance) des forces armées malaysiennes.

Cette décision intervient, toujours d'après l'agence, suite à la montée en puissance de l'organisation Etat Islamique en Asie, et notamment aux Philippines, dans la région autour de la ville de Marawi, où sont actifs les groupes Abu Sayyaf et Maute.

Actuellement, la Force Aérienne Royale Malaysienne dispose d'une flotte composée de trois King Air 200 dédiés aux missions ISR et de surveillance des mouvements sur les frontières terrestres et maritimes.

Sous couvert d'anonymat, la source explique à Reuters que Kuala Lumpur «cherchait à acquérir quatre autres avions de surveillance plus grands et dont la portée était plus importante que les appareils existants, tels que les avions construits par Lockheed Martin». Il est ici question de l'avion de patrouille maritime P-3 Orion.

© Dassault Aviation - A. Pecchi - Le Rafale (ici Marine) de Dassault Aviation est bien placé pour remporter cet appel d'offres.

© Dassault Aviation - A. Pecchi - Le Rafale (ici Marine) de Dassault Aviation est bien placé pour remporter cet appel d'offres.

Pour rappel, depuis 2011, la Force Aérienne Royale Malaisienne est engagée dans un processus d'acquisition d'un nouvel avion de combat afin de remplacer la vieillissante et maigre flotte de MIG-29N «Fulcrum» qui reste encore en service.

La petite dizaine encore en service, dont deux MIG-29NUB biplaces utilisés pour la formation des pilotes, aurait dû être retirée du service dans le courant de l'année 2015 avec la sélection d'un nouvel avion de chasse.

Cependant, en raison des difficultés économiques en Malaisie, l'achat du remplaçant s'est décalé de quelques années et les MIG-29 sont toujours en service. Mais ces appareils commencent maintenant à accuser le poids des ans et leur maintenance, de plus en plus lourde, coûte de plus en plus cher à la Malaisie.

Par ailleurs, depuis plusieurs mois, la flotte de MIG-29N Fulcrum est peu à peu réduite en raison de l'augmentation des coûts d'exploitations.

Cette décision a été poussée par les faibles capacités de ces appareils qui sont en service depuis 1995, et qui disposent d'une vieille avionique qui n'a été que peu modernisée depuis leur entrée en service.

Toutefois, si le nombre de «Fulcrum» va sensiblement diminuer dans les prochains mois, Tan Sri Roslan Saad a ajouté que la date définitive de retrait n'était toujours pas connue.

La Force Aérienne Royale Malaisienne a diminué «l'utilisation de cet avion depuis trois ans, et à ce stade il n'y a pas de délai quant à la date de retrait définitive de l'appareil», a-t-il ajouté.

A titre d'information, la RMAF possède huit F/A-18D Hornet, neuf F-5F et RF-5E Tiger II, dix-huit Su-30 et treize Hawk 208. Les MIG-29N/NUB appartiennent au No. 19 Squadron «Cobra» et sont stationnés sur la base aérienne de Kuantan, annexe de l'aéroport civil Sultan Ahmad Shah, situé sur la côte est de la Malaisie.