Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Polynésie française : les bulletins de vote du second tour seront largués par un Falcon 200 de la Marine Nationale

Polynésie française : les bulletins de vote du second tour seront largués par un Falcon 200 de la Marine Nationale

© Marine Nationale - Un Falcon 200 Gardian de la Flottille 25F au-dessus de la Polynésie française.

© Marine Nationale - Un Falcon 200 Gardian de la Flottille 25F au-dessus de la Polynésie française.

Depuis 1983, la Marine Nationale met en oeuvre une flotte de cinq Falcon 200 Gardian, dérivés du Falcon 20 et dont la version française est basée sur les HU-25A Guardian de l'US Coast Guard.

Depuis cette date, et déployés uniquement sur les territoires d'outre-mer, les Gardian de la Flottille 25F assurent des missions Search And Rescue (SAR), la «surveillance des approches maritimes, au transport des autorités et aux missions de service public», en plus «de jouer les plastrons au profit des navires de passage ou de réaliser des missions de 'tenue de situation de surface'», selon la Marine Nationale.

Mais cette fois, les équipages navigants de la 25F vont procéder à un tout autre type de mission.

En effet, avec l'approche du second tour et la responsabilité pour le Haut-commissariat de la République en Polynésie française de permettre à l'ensemble de tous les citoyens français de voter, un Falcon 200 va procéder au largage du matériel nécessaire au vote.

Lors du point-presse hebdomadaire du Ministère de la Défense, le capitaine de frégate Lionel Delort a expliqué «qu'il n’existe aucun autre choix opérationnel que celui de larguer le matériel de vote par la voie des airs».

Ce largage sera effectué le 04 mai 2017 au profit des quelques 500 habitants «de l'île de Rapa et des atolls de Hereheretue et Tematangides, dépourvus d’un aéroport ou trop éloignés par liaison maritime», a-t-il détaillé.

L'appareil décollera de l'aéroport international de Tahiti afin de conduire une mission de six à sept heures de vol, avec des distances qui correspondent à l'échelle du continent européen.

La première île desservie par un largage sera Rapa, située à environ 1 215km de Tahiti. «À Rapa, une île avec énormément de relief et des plafonds météo parfois assez bas (200 mètres), on a des vols un peu compliqués à faire», précise-t-il.

«Il y a une seule passe possible (..) et une plongée à l'intérieur de la baie pour pouvoir effectuer le largage», a-t-il aussi ajouté. 

Après ce premier largage, le Falcon 200 rejoindra l'atoll de Mururoa, à 500km de Rapa, afin de se poser et de se ravitailler.

Par la suite, sa mission le conduira à Tematangi (îles Tuamotu), à environ 1 000 km au sud-est de Tahiti, ainsi qu'à Hereheretue, qui sont deux atolls habités chacun par 50 personnes !

Pour réaliser ces différents largages, le Falcon 200 utilise «une adaptation de la technique de largage d’une chaîne SAR à des naufragés», selon le Ministère de la Défense.

Cette même source relève que la 25F «pratique une aéronautique parfois de l’ordre de l’exception et souvent de l’urgence, mais toujours essentielle à la sécurité de nos compatriotes ultramarins et à la protection des ressources de la France».

Pour rappel, la Polynésie française (Océanie) occupe «une zone maritime aussi vaste que l’Europe continentale avec une forte dispersion sur une zone économique exclusive de 5,5 millions de km2, alors que les terres émergées ne représentent que 3 500 km2 (soit à peine la moitié de la Corse)».