Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
L'Escadron de Drones 1/33 Belfort reprend les traditions de la BR 218

L'Escadron de Drones 1/33 Belfort reprend les traditions de la BR 218

© Gilles ZICRY / Armée de l'Air - Deux drones Harfang et le seul MQ-9 Reaper Block 5 stationné en France. Notez les dents de requin sur le Harfang au premier plan.

© Gilles ZICRY / Armée de l'Air - Deux drones Harfang et le seul MQ-9 Reaper Block 5 stationné en France. Notez les dents de requin sur le Harfang au premier plan.

Alors que l'Escadron de Drones (ED) 1/33 «Berlfort» est engagé dans le Sahel (opération Barkhane) avec cinq MQ-9 Reaper et que les drones Harfang assurent des missions de surveillance au profit des autorités publiques lors de grands événements, l'escadron vient d'être complété par une troisième escadrille.

En effet, le mardi 11 avril 2017, lors d'une cérémonie militaire organisée sur la base aérienne 709 de Cognac-Châteaubernard, le «Belfort» a officiellement repris les traditions de la BR 218 «Fanion blanc à trois bandes horizontales rouges».

Cet escadrille, mise en sommeil en 1945 à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, devient donc la troisième escadrille de l'escadron, aux côtés de la SAL 33 «La Hache» et de la VR 291 «Lynx lunaire» déjà en service.

Selon l'Armée de l'Air, «présidée par le général Éric Charpentier, commandant la brigade aérienne de l’aviation de chasse, cette cérémonie a été ponctuée par une remise de décorations, la lecture de l’ordre du jour, le passage d’un drone de reconnaissance Harfang et une remise de fanions escadron et escadrille».

La BR 218 est créée en 1916, alors que le premier conflit mondial fait rage. Jusqu'en 1945, l'escadrille et ses aviateurs vont servir la France, parfois jusqu'au sacrifice ultime.

A l'armistice de novembre 1918, d'après la citation du 12 février 1919 à l’ordre de l’armée, les hommes de la BR 218 font état :

«Sous le commandement du capitaine Kahn, puis du capitaine Etit, puissamment secondés par le lieutenant Lecoq, a combattu sur tout le front de l'Alsace aux Flandres, et mérité les éloges de tous les chefs qui l'ont employée.

D'octobre 1917 à novembre 1918, au cours de 2 500 heures de vol, ses équipages ont, sans mesurer leurs sacrifices, jalonné les lignes et mitraillé les troupes ennemies sur tous les champs de bataille : La Malmaison, les Flandres, la Marne, Picardie, Saint-Mihiel, Verdun, exécuté 200 reconnaissances, dont 34 à plus de 30 kilomètres dans les lignes allemandes et rapporté 1 600 clichés.

Ils ont repéré 900 batteries ennemies et réglé les tirs de destruction sur plus de 300 d'entre elles. Ils ont livré plus de 40 combats et ne comptent plus les avions atteints par le canon et les balles d'infanterie».