Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Boeing retire son F/A-18 Super Hornet de la compétition pour le remplacement des F-16A/B belges

Boeing retire son F/A-18 Super Hornet de la compétition pour le remplacement des F-16A/B belges

© USAF - Un F/A-18E Super Hornet au-dessus de l'Afghanistan pendant une mission d'appui aérien rapproché.

© USAF - Un F/A-18E Super Hornet au-dessus de l'Afghanistan pendant une mission d'appui aérien rapproché.

Le 17 mars 2017, à l'issue du Conseil des Ministres et sous l'impulsion du Ministre belge de la Défense Steven Vandeput, la Belgique a officiellement lancé son programme d'acquisition d'un nouvel avion de combat afin de remplacer les F-16A/B de la Composante Air.

Ce contrat, dont le montant estimé n'a pas été précisé, prévoit le remplacement des 54 F-16A/B Block 15 et Block 20MLU (Mid-Life Update) par 34 nouveaux avions de combat multi-rôles.

Lors de la publication de cette annonce, cinq avions de combat sont en compétition pour remporter le marché : Le Rafale (France et Dassault Aviation), le JAS-39E Gripen (Suède et Saab), le F-35A Ligthning II de Lockheed Martin et le F/A-18E/F Super Hornet de Boeing aux Etats-Unis et enfin le Typhoon (Eurofighter et Royaume-Uni).

Mais depuis, la compétition a perdu un coureur puisque Boeing a récemment annoncé via l'agence de presse belge Belga qu'il venait de retirer son Super Hornet de la compétition.

En effet, le géant de l'aéronautique américain a fait savoir «qu’après avoir examiné la demande, nous ne voyons pas l’opportunité de concourir avec des règles du jeu véritablement équitables avec le Super Hornet F/A-18».

«Boeing a informé le gouvernement belge qu'il ne participerait pas aujourd'hui [19 avril 2017, NDLR] à la conférence des soumissionnaires, et ne répondrait pas à la demande de proposition pour un nouvel avion de chasse», est-il expliqué.

L'entreprise regrette que la Request for Government Proposal (RfGP) envoyée aux différents avionneurs de la compétition soit trop éloignée des capacités du Super Hornet, et qu'elle pousse vers des choix qui ne sont pas ceux proposés par Boeing.

Se pose d'abord la question des capacités de Boeing à pouvoir maintenir la chaîne de production du Super Hornet sur le long terme avec l'arrivée du F-35 Lightning II, à le faire évoluer vers des standards évolutifs et surtout, et c'est l'un des points clés du programme de remplacement, à pouvoir faire travailler les industriels belges dans ce projet.

En second, outre les questions de développement et de coopération avec les industriels, se pose aussi la question des capacités opérationnelles du Super Hornet et de son interopérabilité avec les autres pays européens membres de l'OTAN ou de l'Union Européenne.

Actuellement, le Super Hornet ne vole pas en Europe et ce n'est que la version Legacy (F/A-18A/B/C/D Hornet) qui est en service en Finlande (bientôt retirés), en Espagne et en Suisse (qui cherche aussi son successeur).

De par ces considérations, qui ne sont sans doute pas les seules, Boeing a préféré se retirer de la compétition.

«Cette décision permet à Boeing de concentrer ses efforts et ses ressources sur le soutien de nos clients dans le monde, et de sécuriser de nouveaux commandes et d'investir dans la technologie et les systèmes requis pour faire face aux menaces d'aujourd'hui et de demain», est-il justifié dans le communiqué.

Bien que cela ne soit pas officiellement exprimé, la question d'un arrangement commercial entre Boeing et Lockheed Martin peut être soulevée.

En effet, Lockheed Martin a récemment subit de nombreux revers au Canada, où il espérait placer son Lightning II, et où l'espoir s'amoindrit de plus en plus, notamment de par les déboires du programme Joint Strike Fighter (JSF) et de sa mauvaise image à Ottawa.

De plus, l'Aviation Royale Canadienne, en attendant la sélection de son prochain avion de combat, a fait le choix de commander 18 Super Hornet pour soulager les vieillissants CF-188 Hornet.

Dans ce contexte là, Lockheed Martin avec son F-35 dégage-t-il de la place pour le Super Hornet de Boeing au Canada, tandis que Boeing laisse lui Lockheed Martin seul avec son F-35 en Belgique… ?