Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
L'Air National Guard pourrait se séparer de ses F-15C/D Eagle afin de réaliser des économies

L'Air National Guard pourrait se séparer de ses F-15C/D Eagle afin de réaliser des économies

© USAF - Un F-15C Eagle du 144th Fighter Wing de l'Air National Guard armé de missiles air-air.

© USAF - Un F-15C Eagle du 144th Fighter Wing de l'Air National Guard armé de missiles air-air.

Lors d'une audition devant les membres du sous-Comité du House Armed Services le 22 mars 2017, le Lieutenant-Général Scott Rice, directeur de l'US Air National Guard a expliqué que son service étudiait la possibilité de mettre un terme à la carrière des F-15C/D Eagle encore en service.

La flotte, constituée de pas moins de 236 Eagle spécialisés dans la supériorité aérienne, serait retirée du service actif afin de réduire les coûts qui pèsent sur l'Air National Guard, et leurs missions seraient alors effectuées par les F-16C/D Fighting Falcon déjà en service.

De son côté, lors de cette même audition, le major-général Scott West, directeur des opérations aériennes de l'US Air Force, a ajouté que cette solution n'était encore qu'une hypothèse mais que l'Air National Guard était «à la recherche de solutions afin de maximiser l'utilisation de ses ressources limitées et de réduire le nombre de systèmes d'armes, tout en continuant d'accomplir sa mission».

Si l'étude se porte sur le retrait des versions spécialisées dans la supériorité et la défense aérienne, il n'est toutefois pas question de se séparer des F-15E Strike Eagle, utilisés principalement pour les missions d'attaque au sol.

Si ce retrait est définitivement et officiellement adopté, l'Air National Guard utilisera alors sa flotte actuelle de F-16C/D Fighting Falcon pour prendre la relève des missions air-air qui ne seront plus assurées par les Eagle.

Si le F-15C/D est un appareil spécialement conçu pour des missions à dominante air-air, le F-16C/D est lui un avion multi-rôles puisqu'il peut mener des missions air-air et air-sol. Nombres de ces derniers n'ont pas les mêmes capacités au combat aérien que les Eagle, notamment avec des radars moins puissants.

C'est pourquoi des Fighting Falcon pourraient alors être modernisés et recevoir un radar plus récent, donc plus performant et plus puissant dans le cadre des missions de défense aérienne.

Mais alors qu'il s'agit ici que d'une réflexion, si finalement cette décision est prise, elle n'interviendra pas avant l'exercice fiscal 2020, au plus tôt.

Par ailleurs, ce retrait engendrerait une forte baisse des capacités de défense aérienne des Etats-Unis.

En effet, selon les médias spécialisés américains, les F-16C/D, que ce soit par leur capacité d'emport en armement ou les équipements internes (radars, détecteurs, etc…), ne seront jamais capables d'être équipés des mêmes technologies que les F-15C/D.

En outre, les 178 F-22A Raptor de l'USAF ne peuvent à la fois assurer seul le rôle de défense aérienne sur l'ensemble du territoire des Etats-Unis ainsi que les déploiements sur des théâtres d'opérations extérieurs ou des pré-positionnements, comme sur la base aérienne de Lakenheath, au Royaume-Uni.