Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
Quatre autres A-29 Super Tucano ont rejoint la Force Aérienne Afghane

Quatre autres A-29 Super Tucano ont rejoint la Force Aérienne Afghane

© USAF - Arrivée de quatre Super Tucano supplémentaires, avec au fond un Mi-35 «Hind».

© USAF - Arrivée de quatre Super Tucano supplémentaires, avec au fond un Mi-35 «Hind».

Après le crash le 06 mars 2017 d'un A-29A Super Tucano afghan aux Etats-Unis lors d'une mission d'entraînement, le 20 mars dernier quatre appareils supplémentaires sont arrivés sur la base aérienne de Kaboul, en Afghanistan.

Selon le communiqué de presse publié par l'US Air Force le 20 mars, les quatre Super Tucano sont arrivés depuis la base aérienne de Moody (Géorgie) et portent dorénavant la flotte afghane à douze appareils.

Sept A-29A sont toujours stationnés aux Etats-Unis, au sein du 81st Fighter Squadron, où ils sont utilisés pour la formation et l'entraînement des jeunes pilotes de chasse de la Force Aérienne Afghane.

Lors de l'arrivée à Kaboul de ces quatre appareils supplémentaires, un pilote afghan a confié que «ces quatre avions nous permettront d'augmenter le nombre de missions que nous sommes en mesure d'effectuer sur l'ensemble du territoire national».

De son côté, le Lieutenant-Colonel Johnnie Green, commandant du 438th Air Expeditionary Advisory Squadron a déclaré que «l'expérience qu'ils ont acquis en un an depuis le début des opérations de combat est phénoménale, et ils communiquent ces expériences les uns avec les autres».

Pour rappel, en février 2013, le Pentagone a confirmé son intention de se procurer vingt A-29A Super Tucano afin de former et de constituer une véritable force aérienne pour l'Afghanistan qui a vu le départ de plusieurs milliers de militaires de l'ISAF mois après mois, et qui va devoir assumer, tant bien que mal, la sécurité de son pays face aux attaques des talibans.

Le contrat, remporté face à l'AT-6 Texan de l'avionneur Beechcraft, prévoit, en plus de la livraison des appareils légers d'attaque au sol, la vente d'un simulateur, d'un système informatique permettant le débriefing des missions, ainsi qu'un support logistique et un certain nombre de pièces qui seront utilisées pour les réparations et la maintenance des appareils après leurs arrivées en Afghanistan.

Sur place, ces appareils assurent des missions de reconnaissance et d'escorte armée, de l'Air Interdiction et de l'appui aérien rapproché au profit des militaires afghans.

Il opèrent avec les hélicoptères d'attaque au sol Mi-35 «Hind», les douze MD-350 (une douzaine encore en cours de livraison) et la centaine d'hélicoptères de transport Mi-8 «Hip», capables d'emporter des roquettes et des bombes lisses et également en service au sein des forces spéciales afghanes.

© USAF - Survol des montagnes afghanes par un Super Tucano local.

© USAF - Survol des montagnes afghanes par un Super Tucano local.

L'A-29 Super Tucano est un appareil léger d'attaque au sol utilisé par des forces aériennes qui n'ont pas un budget conséquent comme au Burkina-Faso, en Equateur, en Colombie, au Mali, en Mauritanie, etc..., et où ils sont régulièrement utilisés.

Cependant, le Super Tucano est un aéronef qui est particulièrement bien adapté aux missions pour lesquelles il est construit, comme la lutte anti-guérilla et les opérations d'attaque au sol, en appui des troupes au sol (close air support), comme c'est notamment le cas en Afghanistan ou au Brésil.

Bien que l'appareil n'est en rien comparable aux aéronefs de certains pays occidentaux, il est équipé d'une avionique moderne avec des écrans numériques et d'un armement sophistiqué et adapté à son utilisation.

Le Super Tucano, qui peut atteindre une vitesse avoisinant les 600km/h grâce à un turbopropulseur, dispose en interne deux canons dans ses ailes.

En externe, il peut emporter ne nacelle canon supplémentaire, quatre pods lance-roquettes, ainsi que des bombes air-sol guidées laser/GPS, ou non.

Par ailleurs, il peut également décoller et atterrir depuis des terrains sommaires qui n'ont pas été «préparés» au préalable, ce qui est utile lors de certaines opérations loin des importantes bases aériennes. Les avions peuvent alors opérer au plus près des combats, sans perdre du temps à construire et à aménager une piste en béton.