Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

La Marine Indienne met un terme à la carrière des avions de patrouille maritime Tu-142ME Albatros

© BERIEV Aircraft Company - Un Tu-142ME indien au roulage lors d'une révision chez l'avionneur russe Beriev.

© BERIEV Aircraft Company - Un Tu-142ME indien au roulage lors d'une révision chez l'avionneur russe Beriev.

Si la Force Aérienne Indienne est actuellement et pendant plusieurs décennies dans une phase de modernisation, la Marine Indienne l'est tout autant avec le remplacement des MIG-29K/KUB ou celui d'aéronefs basés à terre, comme les avions de patrouille maritime (PATMAR) Tu-142ME «Albatros» de l'Indian Naval Air Arm.

C'est donc dans ce cadre là que la Marine Indienne vient d'annoncer le retrait des trois derniers Tu-142ME PATMAR (sur un total de huit commandés), afin d'être remplacés par les récents P-8I Neptune de Boeing.

En effet, un officier de la Marine Indienne a récemment indiqué que la flotte sera «retirée depuis la base aéronavale INS Rajali lors d'une cérémonie qui se tiendra le 29 mars», selon les propos rapportés par le quotidien The Times of India.

Outre la question de la modernisation des forces armées indiennes, le retrait de cet appareil a aussi été motivé par l'augmentation du coût d'entretien au fil des ans, l'obsolescence des capteurs internes (bien que modernisés) face aux technologies actuelles, ainsi que par l'introduction des Neptune, dont leurs capacités dépassent largement celles des «Albatros».

«Ils étaient l'épine dorsale des opérations maritimes à longue portée ainsi que pour les missions de lutte anti-sous-marine. Mais seulement trois appareils sont aujourd'hui pleinement opérationnels», a commenté l'officier indien.

Outre les missions de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine, les Tu-142ME de la Marine Indienne ont été également mis en oeuvre pour mener des opérations de collecte de renseignements d'origine électro-magnétique (ROEM) et pour des vols d'observation et de reconnaissance photo.

Le seul et unique escadron indien a avoir opéré avec ces appareils est l'INAS 312 «Albatros», qui dispose de cet appareil depuis la réception du premier exemplaire le 16 avril 1988. 

Stationnés sur la base aéronavale de Rajali (Etat de Tamil Nadu), dans le sud de l'Inde, ces appareils permettent de couvrir le golfe du Bengale à l'est, la mer des Laquedives au sud et la mer d'Arabie à l'ouest.

© BERIEV Aircraft Company - Décollage d'un TU-142ME indien depuis les installations de l'avionneur russe Beriev, chargé de leur révision.

© BERIEV Aircraft Company - Décollage d'un TU-142ME indien depuis les installations de l'avionneur russe Beriev, chargé de leur révision.

Les Tu-142ME de l'Inde, seule opératrice à l'export de cet appareil de Tupolev, sont conçus à partir du bombardier stratégique Tu-95 «Bear» et disposent de performances améliorées.

L'appareil et son équipage de douze membres est propulsé par quatre turbopropulseurs équipés d'hélices contrarotatives. En raison de l'installation des équipements et des opérateurs de bord, l'appareil est long de 53,08m pour une envergure de 50m.

Les performances des Tu-142 sont importantes puisqu'ils ont vitesse de croisière de 711km/h ainsi qu'une vitesse maximale 925 km/h, ils peuvent opérer jusqu'à 12 000km et ils ont un rayon d'action de 6 500km depuis leur base de départ.

Depuis leur entrée en service en Inde et au cours des 25 années de missions opérationnelles, les Tu-142ME ont effectué plus de 25 000 heures de vol sans accident majeur.

En Inde, ils sont retirés du service pour laisser leurs places aux huit avions de patrouille maritime P-8I Neptune, acquis en janvier 2009 et déjà opérationnels au sein de l'INAS 312A de l'Indian Naval Air Arm.

Quatre autres appareils supplémentaires ont été commandés en août 2016 et les livraisons doivent débuter en 2019, où de multiples entreprises aéronautiques indiennes ont été associées au projet.

Les Neptune sont armés par des missiles de croisière GM-84H/K SLAM-ER, des missiles air-mer Harpoon, des torpilles Mark 54 et des bouées acoustiques qui sont exploitées depuis l'arrière de la cabine de l'appareil.

En outre, ils peuvent aussi mener des missions de recherche et de sauvetage en mer, ainsi que des missions de reconnaissance et d'observation au-dessus d'un territoire.

Pour cela, les P-8I sont équipés de multiples radars spécialisés dans la détection de cibles en surface (bâtiments de guerre, embarcations plus ou moins légère, navires de plaisance et de commerce, etc…) et celles situées au fond des océans (sous-marins).

Disposant de nombreux systèmes de communication qui fonctionnent via des fréquences radios et par voies satellitaires, les Neptune peuvent évoluer dans un rayon de 2 000 kilomètres depuis leur base de départ et ont la possibilité d'être ravitaillés en vol.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article