Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

L'US Air Force va retirer les MQ-1 Predator de son parc aérien en 2018

© USAF - Un MQ-1 Predator du 163rd Reconnaissance Wing lors d'un vol d'entraînement en Californie du sud.

© USAF - Un MQ-1 Predator du 163rd Reconnaissance Wing lors d'un vol d'entraînement en Californie du sud.

Jusqu'à ce jour, et depuis leur mise au service actif en juillet 1995, les RQ-1/MQ-1 Predator de l'US Air Force assurent quotidiennement des missions ISR (Intelligence, Surveillance and Reconnaissance) et des frappes aériennes (frappes ciblées et appui aérien rapproché).

Mais après 23 années de bons et loyaux services, l'US Air Force (USAF) s'apprête à retirer de son parc aérien ces derniers modèles, aujourd'hui dépassés avec les drones plus récents et les contraintes opérationnelles.

En effet, selon le communiqué de presse publié par l'USAF ce vendredi 24 février 2017, les Predator vont être retirés du service actif dans le courant de l'année 2018 pour laisser place exclusivement aux MQ-9 Reaper.

Ce retrait se fait à cette période afin de «faire face à l'environnement de l'espace de combat en constante évolution», et aux vues des performances de son cousin le Reaper, qui dispose d'une vitesse plus élevée, de capteurs haute définition plus performants, et d'un emport en armements plus important.

Les MQ-1 Predator n'ont pas été fabriqués, lors de leur conception, dans l'optique d'effectuer des frappes aériennes.

Les premières versions, appelées alors RQ-1, ne pouvaient effectuer que des missions ISR. Ce n'est que plus tard que ces drones ont évolué en MQ-1 et avec des capacités de frappes air-sol.

De ce fait, les Predator actuels sont limités dans l'emport d'armement puisqu'ils ne peuvent décoller qu'avec un chargement de 200 livres, soit environ 90kg. Actuellement, les Reaper emportent une charge utile de 4 000 livres, soit 1 815kg, et peuvent tirer des missiles air-sol ainsi que des bombes guidées laser.

En outre, la disparition des MQ-1 va permettre à l'US Air Force d'adapter ses dispositifs de formation. En effet, les opérateurs de MQ-1 sont actuellement en transition vers du MQ-9, tandis que les futurs jeunes équipages en formation ne se formeront que sur du Reaper.

De ce fait, l'USAF diminue ses coûts de formation avec un seul et même cursus, tandis que des économies seront aussi faites au quotidien avec une flotte homogène de drones, qui engendrera une simplification de la logistique. 

Le colonel Joseph, commandant du 432nd Operations Group de la base aérienne de Creech (Nevada), a déclaré que le MQ-9 Reaper est aujourd'hui «une plate-forme d'appui aérien rapproché, et c'est la raison principale, grâce la fusion de deux choses» :

«La première chose est la technologie. Nous avons pris un avion et nous l'avons équipé avec plus de puissance et de meilleures capacités, et de l'autre côté, nous avons combiné cette technologie avec un équipage professionnel», a-t-il expliqué.

Enfin, il tient aussi à souligner le fait que les drones ont pris de l'important avec une confiance de plus en plus forte entre les commandants et les troupes au sol, qui se sont adaptées à ces nouveaux dispositifs et qui font régulièrement appel à ces drones pour de l'appui aérien rapproché.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article