Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

La Force Aérienne Israélienne retire du service actif ses F-16A/B Netz

© IAF - Un F-16A survole les ruines de la célèbre forteresse antique de Masada, en territoire de Judée.

© IAF - Un F-16A survole les ruines de la célèbre forteresse antique de Masada, en territoire de Judée.

Après avoir officiellement réceptionné ses deux premiers F-35i «Adir» le 12 décembre 2016 sur la base aérienne de Nevatim, la Force Aérienne Israélienne (H'eil Ha'Avir Ha'Israeli) vient de procéder au retrait du service actif de l'ensemble de son parc aérien de F-16A/B «Netz».

La cérémonie de retrait a eu lieu le 26 décembre 2016 sur la base aérienne d'Ouvda, située dans le sud d'Israël, 36 ans après l'arrivée des quatre premiers appareils, sur la base aérienne de Ramat-David, dans le nord du pays, le 02 juillet 1980.

Quelques semaines après leur arrivée au Moyen-Orient, ces appareils, connus pour leurs faits de guerre et pour avoir changé dans cette partie du globe les rapports de force entre les forces aériennes, vont recevoir leur Initial Operational Capability (IOC, capacité opérationnelle initiale).

Quelques mois plus tard, ils marqueront définitivement l'entrée de la Force Aérienne Israélienne dans une nouvelle ère avec de nombreuses victoires aériennes, des frappes aériennes dans la profondeur, et l'utilisation de ces derniers comme appareils de formation.

© IAF - Les camouflages des Netz israéliens sont particulièrement efficaces, comme le prouve cette photographie.

© IAF - Les camouflages des Netz israéliens sont particulièrement efficaces, comme le prouve cette photographie.

Les victoires de guerre et les opérations aériennes vont vite arriver et vont rapidement s'enchaîner.

Dès avril 1981, neuf mois seulement après l'arrivée des premiers F-16A/B, le brigadier-général Rafi Berkovich abattait un hélicoptère de transport Mi-8 «Hip» des Forces Armées Syriennes qui venait de pénétrer au sein de l'espace aérien israélien. Il s'agit ici de la toute première victoire aérienne obtenue par un F-16A dans le monde.

D'autres aéronefs seront abattus plus tard, tels que des MIG-21 «Fishbed» et des MIG-23 «Flogger» de la Force Aérienne Syrienne, et d'autres hélicoptères.

Deux mois plus tard, les Netz israéliens vont encore une fois entrer dans l'histoire avec l'opération Opera, qui avait pour objectif la destruction du réacteur nucléaire irakien d'Osirak, le 07 juin 1981. 

Ce raid aérien dans la profondeur, mené avec huit F-16A/B chargés des frappes air-sol et six F-15i Eagle destinés à la protection contre les menaces aériennes, a abouti à la destruction du réacteur visé.

Pendant ce raid, 1 600km ont été parcourus par les appareils au-dessus d'une partie du Moyen-Orient, de multiples reprises ravitaillements en vol ont été nécessaires, et au cours du quel ils ont opéré à très basse altitude avant l'attaque afin d'échapper au maximum à la détection des radars irakiens et aux menaces sol-air.

Elément primordial afin de conserver l'effet de surprise total, d'autant plus que les défenses anti-aériennes avaient été renforcées à la suite du raid des iraniens, en janvier 1981.

Par la suite et jusqu'à aujourd'hui, les F-16A/B israéliens ont été engagés dans l'ensemble des campagnes aériennes lancées par Israël : Grapes of Wrath en 1996 au Liban contre le Hezbollah, Pillar of Defense en 2002 dans la bande de Gaza, en 2006 lors de la deuxième guerre du Liban, Cast Lead en 2008 pendant la guerre de Gaza, et enfin, pendant Protective Edge lors de la guerre de Gaza en juillet et août 2014.

Beaucoup plus épisodique, les F-16A/B ont été constamment utilisés afin de réaliser des frappes aériennes contre des objectifs (bâtiments, entrepôts, véhicules, individus) appartenant au Hezbollah, ou contre des éléments des forces armées syriennes, qui soutiennent le groupe armé chiite libanais.

L'ensemble de ces opérations ont donné lieu à la tenue de plus de 474 000 sorties aériennes et pas moins de 335 000 heures de vol.

© IAF - Décollage d'un F-16A Netz, avec ses marquages de guerre visibles sur le devant de l'avion.

© IAF - Décollage d'un F-16A Netz, avec ses marquages de guerre visibles sur le devant de l'avion.

A compter de la fin des années 90 et à partir des années 2000, les F-16A/B Netz ont été relégués au second rang par la Force Aérienne Israélienne avec l'arrivée et la montée en puissance des F-16C/D «Barak», des F-16i «Sufa» et des F-15i «Raam».

Cette mise en retrait de la ligne des missions opérationnelles a permis d'utiliser ces Netz dans le cadre des missions de formation et d'entraînement des jeunes pilotes de chasse et des navigateurs système d'arme israéliens avant leur affection dans des escadrons de combat opérationnels.

Leur utilisation était idéale en raison de l'emploi des F-16C/D et F-16i, notamment dans l'apprentissage et la connaissance du domaine de vol et de l'avionique du F-16 pour les équipages navigants, ainsi que pour la prise en main des différents composants pour les mécaniciens au sol.

Mais avec la réception du trentième et dernier avion d'entraînement avancé M-346 «Lavi», le 09 juin 2016, destiné à remplacer les A-4 Skyhawk et les F-16A/B, les M-346 ont eu raison de ces vétérans de guerre.

Il restait chez la Force Aérienne Israélienne environ 90 F-16A/B encore en activité, sur la centaine de Netz achetés entre 1980 et 1994 au cours de cinq programmes d'achats appelés «Peace Marble», et dont certains provenaient du surplus de l'US Air Force.

Sur ces 90 appareils fraîchement retirés, une quarantaine vont être proposés à la vente sur le marché de l'occasion des avions de combat, avec l'ensemble des pièces de rechange, etc…

Bien que réceptionnés et conservés au standard Block 5 et Block 10, ces appareils ont reçu plusieurs modernisations de leur avionique et leurs cellules ont été régénérées afin de leur donner un second souffle.

Ces travaux ont été entrepris par des entreprises israéliennes compétentes dans ce domaine, comme Elbit Systems, à tel point que certains F-16A/B disposent d'une avionique et d'un système d'arme équivalent aux F-16C «Barak»

La Jordanie, alliée d'Israël, pourrait être un client potentiel puisqu'elle dispose déjà d'une flotte de F-16A/B mais au standard Block 15 et Block 20MLU, et qu'elle cherche depuis quelques temps à étendre sa flotte d'avions de combat.

Le site spécialisé et réputé f-16.net évoque même un possible rachat de ces appareils par un investisseur privé afin de les utiliser comme appareils «Aggressors», à l'image de ce qui se fait déjà avec Apache Aviation, Draken International, etc…

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article