Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Les Etats-Unis autorisent la vente de 26 drones Certifiable Predator B au Royaume-Uni

© General Atomics - Image de synthèse du drone Certifiable Predator B, équipé de missiles air-sol Brimstone et de deux GBU guidées laser.

© General Atomics - Image de synthèse du drone Certifiable Predator B, équipé de missiles air-sol Brimstone et de deux GBU guidées laser.

Depuis 2007, la Royal Air Force (RAF) utilise dans ses opérations extérieures, au départ en Afghanistan et aujourd'hui au-dessus de l'Irak et de la Syrie, pas moins de dix drones MQ-9 Reaper, qui réalisent des missions d'observation, des frappes aériennes, et de la désignation laser.

Mais cette flotte de drones, mise en oeuvre par le No. 13 et No. 39 Squadron de la RAF, devrait être fortement complétées par l'arrivée de nouveaux appareils dans les années à venir.

En effet, ce 16 novembre 2016, la Defense Security Cooperation Agency (DSCA, Agence Américaine d'Exportation d'Armement) a donné son accord dans une Foreign Military Sale (FMS) destinée au Royaume-Uni, et qui autorise la vente de vingts-six drones Certifiable Predator B, une variante améliorée du MQ-9 Reaper.

Evaluée à hauteur d'un milliard de dollars selon la FMS, ce contrat prévoit donc l'achat auprès de General Atomics de seize drones Predator B, assorti d'une option pour la commande de dix unités supplémentaires.

La commande ferme des seize vecteurs sera accompagnée de huit stations de contrôle au sol, plus quatre en option si les dix autres Predator B finissent par être achetés eux-aussi.

En outre, la FMS prévoit également de nombreux lots de pièces de rechange indispensables pour maintenir en condition opérationnelle et en état de vol ces drones, un soutien technique de deux ans qui peut-être étendu à trois, la formation du personnel militaire chargé de leur mise en oeuvre, etc…

Dans son document, la DSCA affirme que «cette vente permettra au Royaume-Uni d'améliorer ses capacité afin de répondre aux menaces actuelles et futures en offrant des meilleures capacités ISR (intelligence, surveillance, and reconnaissance), une amélioration de la sécurité intérieure, une augmentation de la connaissance de la situation sur le champ de bataille, et elle fournira un appui aérien aux troupes au sol».

«Le Royaume-Uni exploite déjà des MQ-9 Reaper armés, et il n'aura aucune difficulté à procéder à la transition vers le Certifiable Predator B», assure l'Agence américaine.

© Crown copyright - Atterrissage d'un MQ-9 Reaper de la RAF sur la base aérienne de Kandahar, en Afghanistan.

© Crown copyright - Atterrissage d'un MQ-9 Reaper de la RAF sur la base aérienne de Kandahar, en Afghanistan.

Le Certifiable Predator B est un dérivé du MQ-9 Reaper, et ne doit pas être confondu avec le Predator B, qui lui est la première version du Reaper, notamment utilisé pour la conception du drone.

La modernisation principale qui est effectuée ici sur les Reaper est celle de l'installation d'un système informatique qui facilite l'intégration des Certifiable Predator B dans l'espace aérien européen.

Cette mise à jour permet, en premier lieu, de doper les exportations, puisque les pays ne sont plus limités par la réglementation aéronautique européenne. En outre, grâce à ce système, les drones peuvent aussi être utilisés pour des missions de surveillance au-dessus du territoire national, ce qui n'était pas possible avant.

Pour rappel, avec le retrait des troupes combattantes anglaises d'Afghanistan, Londres ne savait que faire de ses Reaper qui ne pouvaient se poser en Angleterre. Un temps envisagés au Sahel, ils seront finalement envoyés à Chypre pour les opérations au Levant.

L'aérodynamique du drone a aussi été revue avec l'intégration de winglets à l'extrémité des ailes, une fabrication avec des matériaux composites, l'autonomie en vol a été poussée à 40 heures, il peut désormais atteindre les 15 000 mètres d'altitude, et dispose d'une meilleure protection contre la foudre.

Partager cet article

Commenter cet article