Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Les drones QF-4 Phantom sont retirés du service actif

© USAF - Un drone QF-4 Phantom II, reconnaissable à ces marquages oranges, lors d'un vol.
© USAF - Un drone QF-4 Phantom II, reconnaissable à ces marquages oranges, lors d'un vol.

Si les F-4 Phantom II sont des avions de combat connus pour leurs multiples opérations extérieures, notamment au Vietnam, il n'en reste pas moins que certains d'entres-eux, après leur retrait du service actif, ont connu une toute autre vie opérationnelle.

En effet, certains Phantom, après leur dernière mission opérationnelle, ont été renvoyés dans les ateliers de Boeing (acquéreur de McDonnell Douglas) afin d'être transformé en drone, piloté depuis le sol, et d'être utilisé comme cible aérienne lors de mission d'entraînement et de formation au profit des pilotes de chasse du Department of Defense des Etats-Unis.

Mais après plusieurs années en service, et des dizaines d'appareils abattus au missile air-air et sol-air, les QF-4 Phantom ont tiré définitivement leur révérence, après le dernier vol de ce type d'appareil, ce 17 août 2016, depuis l'US Air Force Base d'Holloman, au Nouveau-Mexique.

En effet, selon le communiqué de presse diffusé le 29 août dernier par le site officiel de la base aérienne, «le drone QF-4 Phantom a effectué sa dernière mission dans les cieux au-dessus du White Sands Missile Range». Le communiqué ajoute que lors de son dernier vol «l'avion sans pilote a rempli sa mission principale en tant que cible aérienne et a été détruit par un F-35 Lightning II de la base aérienne d'Edwards, en Californie».

Selon le lieutenant-colonel Ryan Inman, ancien commandant du 82nd Aerial Targets Squadron (82 ATRS), le retrait s'explique notamment par «la flotte vieillissante des QF-4 et leurs capacités limitées contre l'arrivée des appareils de combat modernes, ce qui a voulu au cheval de bataille des cibles aériennes, le Phantom II, la démonstration de ses limites technologiques».

Pendant près de quinze ans, ces anciens avions de combat du Vietnam et de la guerre du Golfe ont servi au développement de différents programmes d'armements, que ce soit des missiles air-air et sol-air, ainsi que des systèmes radars.

Si les QF-4 Phantom II ont ici marqué leur dernier vol piloté depuis le sol, avant la fin officielle du programme dans le courant du mois de décembre 2016, quelques QF-4 continueront à prendre les airs mais en étant pilotés directement dans les airs, depuis l'intérieur du cockpit de l'avion.

En attendant la fin complète de l'utilisation de ces «drôles» de drones, le 82nd ATRS ne va pas pour autant cesser toutes activités. En effet, les opérateurs au sol, que ce soit les pilotes ou les mécaniciens d'Holloman, vont être formés afin d'opérer les drones QF-16 Fighting Falcon.

Actuellement, les QF-16 sont utilisés quotidiennement, et depuis septembre 2014, par un autre détachement du 82nd ATRS, installé lui sur l'US Air Force Base de Tyndall, en Floride.

Tout comme les Phantom II, les QF-16 servent à la mise en place et aux expérimentations «des programmes d'essais et d'évaluations d'armements air-air plus supérieurs technologiquement».

«Le QF-16 permet à notre plus maigre mais plus efficace force aérienne de poursuivre ses activités avec un maximum d'efficacité dans ses missions, tout en maintenant notre supériorité aérienne et une portée mondiale pour les décennies à venir», affirme le lieutenant-colonel Ryan Inman.

Partager cet article

Commenter cet article