Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

PHOTOS - Incendies : Quels moyens aériens engagés ?

© Alexandre Dubath - Appui aérien par un CL-415 au profit des pompiers au sol.
© Alexandre Dubath - Appui aérien par un CL-415 au profit des pompiers au sol.

24 heures après les incendies qui ont ravagé, selon le Ministère de l'Intérieur, «en deux jours, plus de 3 000 hectares de végétation dans les départements des Bouches-du-Rhône, de l’Hérault et des Pyrénées-Orientales», retour sur les moyens aériens engagés contre ces feux, et qui ont aussi lutté aux côtés des moyens terrestres, composés de 2 500 sapeurs-pompiers et de plusieurs centaines de véhicules.

Largage par le Pélican 44 avec au loin, au-dessus de la falaise, un camion de pompiers détruit par les flammes / © Alexandre Dubath.

Largage par le Pélican 44 avec au loin, au-dessus de la falaise, un camion de pompiers détruit par les flammes / © Alexandre Dubath.

Sécurité Civile

Du côté de la Sécurité Civile, la situation de la flotte française des Canadair CL-415 s'est améliorée, permettant leur utilisation contre les feux.

En effet, selon nos informations, sur les douze Canadair dont dispose la Sécurité Civile, pas moins de huit appareils étaient en vol dans l'ensemble du sud de la France, des Pyrénées-Orientales jusque dans les Bouches-du-Rhône, afin d'apporter un appui aérien aux troupes au sol.

Aux côtés de ces incontournables bombardiers d'eau se trouvaient également les Tracker S-2F et les deux Milan Dash-8, capables tout deux de larguer de l'eau mélangée au produit retardant. En appui de ces appareils, pour l'observation et la coordination entre les aéronefs dans les airs et les pompiers au sol, des Beechcraft 200 ont aussi assuré des vols dans la zone d'action des feux.

Enfin, les hélicoptères EC-145 ont aussi participé aux missions avec le transport d'individus (civils et secours), les évacuations des individus se trouvant à proximité du feu, l'observation de l'évolution de la situation, etc…

© Vincent Vannier - Le CL-215 espagnol de passage à l'aéroport de Perpignan pendant son déploiement en France ce 11 août 2016.

© Vincent Vannier - Le CL-215 espagnol de passage à l'aéroport de Perpignan pendant son déploiement en France ce 11 août 2016.

© Vincent Vannier - Le Canadair espagnol a participé aux opérations dans les Pyrénées-Orientales.

© Vincent Vannier - Le Canadair espagnol a participé aux opérations dans les Pyrénées-Orientales.

Aide européenne

Comme cela avait déjà été évoqué sur ce même blog, le Ministère français de l'Intérieur a fait appel aux deux voisins du sud de la France afin de compléter le dispositif aérien, et de combler le manque des Canadair français.

C'est donc dans ce cadre là que l'Espagne a envoyé un Canadair CL-215T du 43 Grupo de Fuerzas Aéreas, appartenant à l'Ejército del Aire, afin de participer à la lutte contre les feux dans les Pyrénées-Orientales notamment.

Du côté de l'Italie, Rome a envoyé un Canadair CL-415 du Corpo Nazionale dei Vigili del Fuoco après avoir déjà renforcé le dispositif aérien en Corse le lendemain de l'arrêt des vols des CL-415 français.

© Alexandre Dubath - Les italiens à l'écopage !

© Alexandre Dubath - Les italiens à l'écopage !

© Alexandre Dubath - Les italiens à l'écopage.

© Alexandre Dubath - Les italiens à l'écopage.

Forces armées françaises

Si les forces armées françaises participent déjà, chaque été, à la lutte contre les incendies avec le plan Héphaïstos, que ce soit au sol avec des militaires de l'Armée de Terre et des aviateurs de l'Armée de l'Air, ces dernières ont encore renforcé leurs effectifs ces derniers jours.

En effet, outre les deux hélicoptères de manoeuvre Puma et l'hélicoptère léger de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre, la contribution exceptionnelle de ces dernières heures a vu l'utilisation d'un avion de transport C-160 Transall dans la nuit du 10 au 11 août.

Selon l'Etat-Major des Armées, l'appareil a décollé de la base aérienne 105 d'Evreux afin de rejoindre, depuis l'aéroport de Nantes, la base aérienne 125 d'Istres-Le Tubé, dans les Bouches-du-Rhônes.

A son bord en direction du sud de la France, l'appareil de l'Armée de l'Air transportait «70 pompiers civils avec leurs équipements et deux tonnes de fret entre Nantes et Istres». «Les armées ont ensuite effectué la mise en place de ces renforts à Martigues et Salon-de-Provence», a-t-on précisé dans le communiqué.

Enfin, «un groupe de pompiers de l’air de la BA 125 est intervenu pour assurer la protection du centre de secours des Pennes-Mirabeau menacé par les flammes», avec l'engagement de camions-citernes de 10m3 et d'un Defender «armé par six pompiers de l'air».

© Alexandre Dubath - Même les sociétés privées sont sollicitées.

© Alexandre Dubath - Même les sociétés privées sont sollicitées.

Sociétés privées

Hélicoptères de France

Parmi les moyens aériens engagés, certains ne provenaient pas du service public. En effet, au moins deux hélicoptères AS-350B Ecureuil assuraient des missions d'appui aérien avec le largage d'eau.

Ces deux machines appartiennent à la compagnie française Hélicoptères de France, qui réalise des missions de lutte contre les feux de forêt, aux côtés «des Marins Pompiers de Marseille, du SDIS du Var, du SDIS Corse du Sud, et d'entente interdépartementale».

Airtelis SAS

Cette société française, filiale de RTE France (Réseau de l'Intelligence Electrique), a participé elle-aussi à la lutte contre ces deux feux autour de Marseille avec l'engagement d'un hélicoptère EC-225LP Super Puma (F-HLIS). Comme les deux Ecureuil, celui réalisait des missions d'appui aérien avec une cuve attachée sous l'hélicoptère.

© Alexandre Dubath - La récupération de l'eau se fait dans les lacs et les mers, mais aussi dans les bassins publics comme privés (piscines, etc…).

© Alexandre Dubath - La récupération de l'eau se fait dans les lacs et les mers, mais aussi dans les bassins publics comme privés (piscines, etc…).

PHOTOS :

• © Vincent Vannier : Galerie Flickr.

• © Alexandre Dubath : Galerie Flickr.

Remerciements particuliers à la communauté French Spotters pour l'apport de ses informations quant à la rédaction de ce papier.

Partager cet article

Commenter cet article