Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Un F/A-18C Hornet de la Force Aérienne Suisse s'est écrasé lors d'un exercice

© Force Aérienne Suisse - Vol en formation de deux F/A-18C Hornet suisse.
© Force Aérienne Suisse - Vol en formation de deux F/A-18C Hornet suisse.

Lundi 29 août 2016, un F/A-18C Hornet des Forces Aériennes Suisses a disparu des écrans radars des contrôleurs aériens suisses, aux alentours de 16h05, dans la région montagneuse de Susten, située dans le centre du pays.

Lors de l'annonce de la perte du contact avec le chasseur monoplace, le Département fédéral de la Défense a publié, dans un premier et succinct communiqué de presse, qu'un F/A-18C «est porté disparu», et que «le sort du pilote est actuellement inconnu».

L'appareil venait de décoller, quelques minutes plus tôt, de la base aérienne de Meiringen «dans le cadre d’un vol d’entraînement selon les règles du vol aux instruments». Le communiqué précise alors que le pilote a «répondu en bonne et due forme au premier contact radio établi par la centrale d’engagement [mais qu'il] n’a en revanche plus répondu au deuxième appel».

A la suite de la disparition de l'appareil, des missions de recherche et de sauvetage (SAR, Search And Rescue) ont été immédiatement mises en place afin de retrouver précisément le lieu de l'accident, ainsi que le pilote, qui aurait pu s'éjecter avant le crash.

Le Département fédéral de la Défense a indiqué que ces recherches impliquaient «deux hélicoptères de la Garde aérienne suisse de sauvetage et un Super Puma des Forces aériennes», ainsi que «deux équipes de secours accompagnées de spécialistes de la montagne» qui, elles, ont pu continuer les recherches plus longtemps que les hélicoptères.

Toutefois, ces opérations de recherches ont été complexifiées en raison notamment du relief et de la difficulté pour les hélicoptères et les secours d'accéder à la zone où le crash s'est produit. En outre, ces mêmes opérations ont aussi été gênées par les mauvaises conditions météorologiques, et la nuit a obligé les appareils à stopper leurs recherches.

Dès le lendemain matin, les recherches ont repris et ce n'est que «vers midi» que «le site du crash a pu être localisé», selon un nouveau communiqué de presse, publié lui-aussi par le Département fédéral de la Défense.

Il est ajouté que «les conditions météorologiques très rudes et très changeantes ainsi qu'en raison du terrain de haute montagne, fait de glaciers et de crevasses», les opérations de recherches sont considérablement ralenties.

De ce fait, ce sont des «spécialistes de la montagne [qui] accompagnent les équipages des hélicoptères pour se rendre sur le site du crash où ils descendront en rappel dès que les conditions le permettront».

Bien que le site du crash ait été localisé, le sort du pilote est toujours inconnu et les recherches «se poursuivent sans relâche» et «l’armée et les organisations civiles partenaires redoublent d’efforts».

En attendant, pendant que ces recherches se poursuivent, que ce soit avec des militaires spécialisés pour les opérations en milieu montagnard et avec des policiers locaux, une enquête par la justice militaire suisse a été ouverte et elle a déjà débuté.

En parallèle des recherches, une «analyse des photographies du lieu du crash est en cours» et «la famille du pilote disparu sera amenée vers le lieu du crash, afin qu'elle puisse se faire une image de l'endroit où s'est produit l'accident», à plus de 3 000 mètres d'altitude.

Partager cet article

Commenter cet article