Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Chammal : L'Atlantique II de la Marine Nationale a effectué 100 sorties depuis la Jordanie

© EMA - Atterrissage d'un Atlantique II sur la BAP de Jordanie
© EMA - Atterrissage d'un Atlantique II sur la BAP de Jordanie

Le volet aérien de la force Chammal, avec des Mirage 2000D/2000N et des Rafale, engagés respectivement depuis la Jordanie et les Emirats arabes unis, effectuent quotidiennement des missions d'appui aérien rapproché, au profit des troupes irakiennes, et d'Air Interdiction, contre des bâtiments contrôlés par l'organisation Etat Islamique.

Mais avant de pouvoir réaliser ces frappes aériennes, les Etats-Major de la coalition internationale Inherent Resolve doivent avoir en leur possession des dossiers d'objectifs, où se trouvent l'ensemble des différentes cibles qui ont un statut tactique et stratégique pour l'avancer des forces armées irakiennes.

Pour pouvoir constituer ces dossiers, outre les Mirage 2000D avec leur nacelle ASTAC (actuellement déployée, selon nos informations) et les Rafale avec les nacelles de RECO-NG, la France déploie un avion de patrouille maritime Atlantique II de la Marine Nationale.

D'abord engagé depuis la base aérienne 104 d'Al Dhafra, aux EAU, l'Etat-Major des Armées a par la suite décidé de rapprocher l'appareil du territoire des opérations en le déployant sur la base aérienne de Prince Hassan, en Jordanie, aux côtés des bombardiers de l'Armée de l'Air.

C'est donc dans ce cadre là, et depuis la Jordanie, que «le 29 juillet 2016, l’Atlantique 2 (ATL2) de la Marine nationale a franchi le cap de sa 100ème sortie réalisée à partir de la Base aérienne projetée (BAP)», a annoncé l'Etat-Major des Armées (EMA), dans un communiqué de presse.

Publié le 03 août 2016, ce communiqué précise que l'ensemble de ces sorties aériennes «représentent environ 800 heures de vol et 1500 points d’intérêt analysés pour identifier des cibles pertinentes et contribuer à frapper Daech en profondeur».

Outre ces missions de renseignement, l'équipage marin de l'appareil a aussi la possibilité d'effectuer des frappes aériennes avec des bombes guidées laser GBU-12, comme ce fut le cas à plusieurs reprises en Syrie et en Irak, aux côtés des avions de combat de l'Armée de l'Air et de la coalition internationale, notamment lors de raids planifiés.

Partager cet article

Commenter cet article