Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes

REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes

REPORTAGE - Texte : Mathieu Mounicq / Loïc Lauze - Photos : © M. Mounicq / R. Khanna-Prade / C. Deschamps.

Du 13 au 20 juin 2016, le Centre de Vol Montagne (CVM) de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT), situé à Sainte-Léocadie (Pyrénées-Orientales - 66) a accueilli un détachement du 1er Wing de la Composante Air belge, habituellement stationné sur la base aérienne de Beauvechain, située dans le centre de la Belgique.

Composé d'une quarantaine de personnes, de deux hélicoptères A109BA et d'un Caïman NH-90TTH, ce détachement intégralement constitué d'aviateurs de la Composante Air, visait à assurer l'entrainement des équipages au vol en montagne, quelques semaines après les équipages tchèques de Mi-24 «Hind» et Mi-17/171 «Hip» qui rentraient du Tiger Meet en Espagne.

Trois photographes de l'association ALFaviation ont eu l'opportunité de réaliser une visite du CVM durant ce stage et de mieux découvrir son fonctionnement. En coopération avec Defens'Aero, nous revenons sur le Centre de Vol en Montagne ainsi que sur l'entraînement des aviateurs belges.

REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes
REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes

Le Centre de Vol en Montagne (CVM)

Créé en Juin 1960 sous la direction de l'Ecole de l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (EALAT), ce centre a pour objectif de former et d'entraîner des pilotes d'hélicoptères français et étrangers au vol en montagne. Le vol en montagne est un exercice difficile en raison, selon un article de l'Armée de Terre, de la «faible densité de l'air, d'une aérologie erratique, et d'une perte de la référence horizon».

Si tous les pilotes d'hélicoptères français passent par ce centre avant leur qualification et leur intégration au sein d'une unité opérationnelle, de nombreux pilotes étrangers viennent aussi s'entraîner dans les montagnes pyrénéennes afin d'acquérir l'expérience et la formation nécessaire pour le vol en montagne, où les pilotes s'entraînent aux côtés de pics culminants à plus de 3 000 mètres d'altitude, comme le Pic d'Aneto (3 400 mètres).

Lorsque les pays européens déployaient des détachements de leurs forces armées en Afghanistan, de nombreux militaires étrangers venaient s'entraîner à Sainte-Léocadie avant leur envoi en Afghanistan, où l'on retrouve des paysages semblables, avec des sommets en altitude.

C'est pourquoi, ce centre a vu, et voit encore, passer «des détachements belges, anglais, tchèques, néerlandais ou allemands, qui fonctionnent de façon autonome». En effet, «le CVM joue principalement le rôle de soutien en procurant hébergement, locaux et alimentation, et surtout un aérodrome avec sa tour de contrôle, où les horloges sont réglées à l’heure universelle».

REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes
REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes

Rattaché à l'Ecole de l'ALAT de Dax, le Centre de Vol Montagne compte un effectif de quarante militaires dont notamment deux pilotes instructeurs qui font office de conseillers techniques pour les stagiaires français comme étrangers, huit pompiers, ainsi que quatre personnels du Service des Essences des Armées (SEA).

Les infrastructures mises à disposition des stagiaires comportent un hangar de maintenance, ainsi qu'un bâtiment d'hébergement et de cours pour l'apprentissage des spécificités du vol en altitude. Par ailleurs, le centre fourni aussi la restauration via les installations dites de «soutien vie» ou encore les Tracma pour le déplacement des appareils au sol.

L'activité aérienne annuelle du centre représente une quarantaine de semaines de vol. Une journée d'activité type débute vers 08h30 (heure locale), et se termine au plus tard aux alentours de 16h30. Les missions se finissent assez tôt pour la simple et bonne raison que cela permet le déclenchement d'une mission de secours (SAR - Search And Rescue) avant la tombée de la nuit en cas de crash d'un des hélicoptères.

Situé à 1 350m d'altitude, au cœur de la vallée de Cerdagne, le centre dispose au nord et au sud de onze zones d'entrainements qui permettent aux stagiaires de pouvoir voler quasiment tous les jours en alternant les zones selon les conditions météos du moment puisque chaque zone bénéficie en effet de conditions aérologiques et météorologiques particulières, mais aussi parce que le temps en montagne évolue très rapidement.

REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes
REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes

Les stagiares

Chaque étudiant de l'EALAT effectue, au cours de son cursus de formation, un stage de deux semaines au CVM durant lequel il apprend à manoeuvrer l'EC-120 Calliope (ou NHE, Nouvel Hélicoptère Ecole) aux limites de son domaine de vol et en particulier avec une puissance turbine diminuée par rapport aux basses altitudes. Cette phase de formation consiste à assurer des cours théoriques, qui seront suivis par de la pratique avec la réalisation d'une quinzaine d'heures de vol.

Chaque régiment de l'ALAT expédie également ses pilotes régulièrement au centre afin de rafraichir leurs compétences en matière de vol en montagne. Les pilotes «empruntent» à cette occasion les Calliope de l'EALAT afin de réduire les coûts des heures de vol par rapports aux hélicoptères de manœuvres et de combat sur lesquels ils volent d'habitude, de conserver du potentiel sur ces mêmes hélicoptères, qui disposent par ailleurs d'une faible disponibilité.

Au-delà de l'Armée de Terre, le CVM accueille également l'Armée de l'Air qui y envoie régulièrement ses escadrons d'hélicoptères, et notamment l'Escadron d'Hélicoptères 1/67 «Pyrénées», appartenant au Commandement des Opérations Spéciales, avec ses Caracal et ses Puma RESCO afin d'y effectuer des vols de nuit sous Jumelles de Vision Nocturne (JVN) en particulier.

Enfin, et cela malgré la fin des opérations en Afghanistan, les forces armées étrangères continuent d'utiliser le CVM plusieurs fois par an afin d'entrainer les équipages pour ne pas tomber dans la rupture capacitaire, et de former les plus jeunes pilotes au vol en montagne et là encore, au vol en limites de domaine de vol de leurs machines.

En 2016, Sainte-Léocadie a ainsi vu passer un gros contingent tchèque de retour du Tiger Meet au mois de mai, avec des Mi-24 «Hind» et des Mi-17/171 «Hip», ainsi que ce détachement belge au mois de juin.

Il y a maintenant quelques années, les montagnes pyrénéennes étaient aussi survolées par les hélicoptères de la Royal Air Force, notamment avec ses CH-47 Chinook, et par les hélicoptères de transport lourd CH-53 Sea Stallion de la Luftwaffe et les EC-135 du Heeresfliegertruppe. Mais pour des raisons budgétaires, ces stages ne sont plus organisés en France, et les équipages utilisent alors le relief de leur pays pour continuer cet entraînement.

Les nations qui se rendent à Sainte-Léocadie doivent pouvoir financer le stage, notamment en payant la location des installations françaises (hébergement, commodités, installations militaires, …).

REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes
REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes

Le stage des aviateurs belges

La 17ème Escadrille «Griffon» et la 18ème Escadrille «Arès-Léonidas» ont donc posé leurs valises pendant une semaine dans les Pyrénées-Orientales pour l'entrainement d'une vingtaine de pilotes sur les trois machines du détachement.

Ils amenaient avec eux tout le matériel nécessaire à l'entretien et à la mise en œuvre des machines, y compris le groupe de parc du Caïman.

Il est à noter que l'un des A109BA, le H24, faisait partie de l'équipe de démonstration du A109 et arborait donc une magnifique décoration rappelant l'appartenance de la machine à la 17ème Escadrille «Griffon».

Par ailleurs, le Caïman NH-90TTH (RN-05), quant à lui, était le premier hélicoptère de ce type à être livré à la Composante Air belge, en 2013. En trois ans de service, cet appareil a accumulé 600 heures de vol.

Le jour de la visite, les appareils ont effectué des rotations entre 8h00 et 16h00 pour les A109, et entre 9h00 et 13h00 pour le Caïman. L'après-midi, les mécaniciens de la 18ème Escadrille on en effet révisé ce dernier appareil dans le cadre d'une visite périodique nécessaire toutes les vingt-cinq heures de vol.

REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes
REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes

L'association ALFaviation regroupe des passionnés d'aéronautique militaire simples amateurs, photographes, maquettistes, historiens, spécialistes thématiques, mais aussi des professionnels ainsi que plusieurs militaires en activité (les deux membres d'honneurs sont des officiers supérieurs dans l'Armée de l'Air, tous deux pilotes de chasse).

  • Galerie photos de l'association : Cliquez ici ! <— A voir absolument pour tous les passionnés d'aviation.

Les photographes disposent de leur propre galerie Flickr où ils postent leurs photographies des meetings aériens, des séances de spotting, et lors des visites de bases militaires.

Rami Khanna-Prade à voir ici • Mathieu Mounicq à voir ici • Camille Deschamp à voir ici

REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes
REPORTAGE - La Composante Air belge s'entraîne au coeurs des montagnes Pyrénéennes

Remerciements

Les photographes tiennent à remercier tout particulièrement le Capitaine M., l'ensemble du personnel du CVM, ainsi que le détachement belge pour son accueil, sa patience, et les réponses à nos questions.

Partager cet article

Commenter cet article