Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Chammal : Les Mirage 2000D et 2000N ont effectué plus de 10 000 heures de vol

© EMA - Ravitaillement en vol d'un Mirage 2000N équipé de la configuration quatribombes.
© EMA - Ravitaillement en vol d'un Mirage 2000N équipé de la configuration quatribombes.

Depuis maintenant la fin du mois de décembre 2014, l'Armée de l'Air française déploie sur la base aérienne projetée de Jordanie plusieurs Mirage 2000D de la 3ème escadre de chasse, qui sont parfois soutenus et complétés par des Mirage 2000N de l'Escadron de Chasse 2/4 «La Fayette».

Actuellement, le détachement Chasse français, situé sur la base aérienne jordanienne de Prince Hassan, est composé de cinq Mirage 2000D de Nancy-Ochey, aux côtés de trois Mirage 2000Nk3 d'Istres.

Quotidiennement, ces appareils d'attaque au sol réalisent des frappes d'opportunités avec des missions d'appui aérien rapproché au profit des forces armées irakiennes au-dessus de l'Irak, ainsi que des opérations de frappes planifiées, que ce soit contre des centres de l'organisation Etat Islamique en Irak ou en Syrie (mais surtout en Irak).

C'est donc dans ce cadre là que depuis plus de dix-sept mois maintenant, les différents détachements français qui se sont succédés ont réalisé plus de 10 000 heures de vol au-dessus de ces deux pays du Moyen-Orient.

Selon le communiqué publié par l'Etat-Major des Armées (EMA) le 19 juillet 2016, ce cap a été franchi dans la journée du 15 juillet, «lors de la deuxième patrouille de la journée», et qui était composée par un 2000D et un 2000N «armés qui se sont rendus dans la région de Sinjar, au nord de l’Irak, pour y réaliser une mission d’appui au sol (Close Air Support) au profit des Peshmergas».

Au cours de cette sortie aérienne, les appareils et les aviateurs français «sont intervenus contre des positions de mortiers du groupe terroriste afin de permettre aux troupes kurdes de reprendre leur progression».

L'EMA tient à préciser dans son texte que ce cap «est emblématique pour la base aérienne projetée en Jordanie, car il illustre les efforts permanents d’un plot tactique réduit, mais qui frappe de façon permanente Daech en Irak et en Syrie».

C'est en effet les Mirage 2000 qui assurent la très grande majorité des opérations Chasse de l'opération Chammal, notamment en raison de la proximité de la base aérienne jordanienne avec le territoire irakien et syrien, mais aussi et surtout parce que cela permet d'économiser du potentiel des Rafale Air d'Al Dhafra, et de «lessiver» les derniers Mirage 2000N avant leur retrait du service actif en 2017.

Les nombreuses missions aériennes se remarquent par les chiffres assez impressionnants, communiqués par l'EMA, qui affirme que depuis le 12 décembre 2014, «2 300 missions nécessitant près de 6 000 ravitaillements en vol» ont été menées par les 2000D/N français.

Parmi ces 2 300 sorties aériennes, 95% ont été consacrées à de l'appui aérien rapproché au profit des forces armés irakiennes, qui progressent et qui inflige depuis plusieurs semaines maintenant de nombreuses défaites aux jihadistes de l'organisation Etat Islamique.

Actuellement, le volet aérien de l'opération Chammal est constitué de cinq Mirage 2000D, trois Mirage 200N et un Atlantique II depuis la Jordanie, ainsi que six Rafale Air depuis la base aérienne 104 d'Al Dhafra, aux Emirats arabes unis. Ce dispositif est parfois complété avec des Rafale venus de métropole, un ravitailleur C-135, ou un avion de guet aérien E-3F Sentry AWACS.

Du côté d'Al Dhafra, le Ministère français de la Défense affirme que les Rafale disposent d'un «taux de disponibilité optimal», et que depuis le début de Chammal, la base français a assuré 600 jours d'activité continue, qui ont permis la réalisation de 4 000 heures de vol en territoire hostile, 2 000 ravitaillements en vol, ainsi que 116 missions de reconnaissance.

Partager cet article

Commenter cet article