Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

L'Armée de l'Air va déployer quatre Mirage 2000-5F pour l'opération Baltic Air Policing

© L. Marzin / Armée de l'Air - Un Mirage 2000-5F en exercice lors du dernier déploiement à Malbork (Pologne).
© L. Marzin / Armée de l'Air - Un Mirage 2000-5F en exercice lors du dernier déploiement à Malbork (Pologne).

Actuellement, l'opération Air Baltic Policing, assurée par les forces aériennes des pays membres de l'OTAN afin de faire surveiller et d'assurer la protection de l'espace aérien des pays Baltes (Lituanie, Lettonie, Estonie), est prise en charge par quatre Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force déployés sur la base aérienne d'Amari (Estonie) et par quatre F-16AM de la Força Aérea Portuguesa, situés à Siauliai (Lituanie).

Cette 41ème rotation, engagée depuis le début du mois de mai, mettra un terme à sa mission après quatre mois de Quick Reaction Alert, soit à la fin du mois d'août. A compter de cette date, deux autres nations de l'OTAN assureront à leur tour cette mission de permanence opérationnelle.

C'est donc dans ce cadre là qu'à la fin du mois d'août 2016, l'Armée de l'Air française va déployer quatre Mirage 2000-5F du Groupe de Chasse 1/2 «Cigognes», habituellement stationné sur la base aérienne 116 de Luxeuil.

Ce détachement aura la tâche d'intercepter tout aéronef, notamment russe, qui s'approche ou qui traverserait l'espace aérien des pays baltes, et qui ne possède pas de plan de vol ou qui ne répond pas aux appels radios des contrôleurs aériens de la région.

Bien que l'on ne connaisse pas encore la base sur laquelle les 2000-5F seront déployés, ni quelle nation évoluera aux côtés des chasseurs français, il est toutefois certain que ce déploiement, qui s'inscrit dans le cadre de la 42ème rotation, se déroulera de septembre à décembre 2016.

Ce nouvel engagement a été confirmé lors du point-presse de l'Etat-Major des Armées qui s'est tenu ce jeudi 23 juin 2016. A cette occasion, il a été expliqué «qu'à la fin de l’année (septembre-décembre 2016) des chasseurs français prendront ainsi la responsabilité de cette mission, ce qui positionne la France comme deuxième contributeur majeur à la mission "Air Baltic Polcing"».

Pour rappel, le déploiement de ce type avait déjà été évoqué ici-même sur Defens'Aero en juin 2015, à la suite d'une audition du général Denis Mercier, ancien Chef d'Etat-Major de l'Armée de l'Air, devant les sénateurs de la commission des affaires étrangères, de la Défense, et des forces armées. A cette époque, l'ancien «grand patron» avait alors simplement indiqué que «l'Armée de l'Air assurera à nouveau un détachement opérationnel de défense aérienne dans la région avec un déploiement d'aéronefs en 2016».

© L. Marzin / Armée de l'Air - Arrivée au break après un exercice au combat aérien entre les 2000 français et les MIG-29 polonais.

© L. Marzin / Armée de l'Air - Arrivée au break après un exercice au combat aérien entre les 2000 français et les MIG-29 polonais.

Ce n'est pas la première fois que l'Armée de l'Air française s'engage dans cette opération. En effet, sa première participation remonte en avril-juillet 2007 avec des Mirage 2000C, sa seconde en janvier-avril 2010 toujours avec des 2000C, tout comme la troisième, d'avril à juillet 2011. La quatrième rotation française sera assurée par des Mirage F1-CR de mai à août 2013 et enfin, la cinquième et dernière s'est tenue depuis Malbork, en Pologne, entre mai et août 2014.

A cette époque, en raison de la situation relativement tendue entre l'OTAN et la Russie, après l'annexion de la Crimée ukrainienne par Moscou, l'OTAN avait renforcé son dispositif de défense aérienne, passant de deux à quatre plots de permanence opérationnelle.

Lors du déploiement du contingent français sur la base aérienne polonaise, l'Armée de l'Air française avait envoyé, dans un premier temps, quatre Rafale C de l'EC 1/7 «Provence» et du RC 2/30 «Normandie-Niémen», et par la suite, deux Mirage 2000C de l'EC 2/5 «Ile de France» et deux 2000-5F du GC 1/2 «Cigognes».

Les chasseurs français avaient eu pour mission, selon l'Etat-Major des Armées, de «réaliser des vols d’entraînement à la NATO air policing aux côtés des aviateurs polonais, et de contribuer à la souveraineté des espaces aériens lituanien, letton et estonien, en assurant une permanence opérationnelle, c’est-à-dire la capacité d’intercepter un intrus sous très faible préavis 24/24 heures et 7/7 jours».

A ce titre, tout au long de ces quatre mois, les Rafale, les 2000C et 2000-5F ont effectué pas moins de 424 missions, que ce soit dans la cadre de missions opérationnelles, ou dans le cadre d'entraînements, avec, par exemple, des MIG-29 «Fulcrum» de la Force Aérienne Polonaise, et des F-16AM de la Flyvevåbnet (Armée de l'Air Royale Danoise).

Le cumul de ces missions avait alors engendré pas moins de 500 heures de vol. Par ailleurs, les avions de chasse français avaient également «intercepté et dérouté quatre aéronefs ayant effectué des incursions dans l’espace aérien des pays Baltes».

© Armée de l'Air - Verra-t-on des étoiles rouges, symbolisant l'interception d'un aéronef russe, sous les cockpits des 2000-5F… ? (ici sur un Mirage F1-CR)

© Armée de l'Air - Verra-t-on des étoiles rouges, symbolisant l'interception d'un aéronef russe, sous les cockpits des 2000-5F… ? (ici sur un Mirage F1-CR)

  • Qu'est ce que l'opération Baltic Air Policing ?

​A partir du début de la crise de Crimée (février-mars 2014), et avec l'annexion de cette région ukrainienne par la Russie de Vladimir Poutine, les pays occidentaux membres de l'OTAN ont pris certaines dispositions militaires et politiques (opération Reassurance Initiative) afin de réaffirmer leur soutien envers les pays de l'est qui jouxtent l'Ukraine, dont notamment la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, et l'Estonie.

Depuis plus d'un an maintenant, et à tour de rôle, les forces aériennes des pays membres de l'OTAN prennent la permanence opérationnelle afin d'intercepter, d'identifier, et d'escorter des aéronefs qui ne répondraient pas aux appels radios ou qui survoleraient, sans autorisation, les pays baltes (Lettonie, Estonie, et Lituanie), dépourvus d'une force aérienne armée de chasseurs capables de mener des missions de police du ciel.

Bien que la mission Baltic Air Policing soit opérationnelle depuis 2004, elle a été renforcée au mois de mai 2014 avec la mise en place de plusieurs plots de permanence opérationnelle, et non d'un seul, lorsque les relations avec la Russie étaient apaisées. La première rotation armant quatre plots était composée du Royaume-Uni avec quatre Typhoon à Siauliai (Lituanie), de la Pologne avec quatre MIG-29A «Fulcrum» depuis la base aérienne de Malbork (Pologne), du Danemark avec quatre F-16AM depuis Amari (Estonie), et de la France avec des Rafale et des Mirage 2000C/-5F depuis Malbork.

Ce renforcement du dispositif, qui comprenait alors seize chasseurs, a été réduit un an plus tard, avec deux plots, soit huit chasseurs, au lieu du seul et unique plot de quatre appareils alors en vigueur entre 2004 et 2014.

Lors du renforcement des plots de permanence opérationnelle, les aéronefs qui ont été détachés sur place entre mai 2014 et septembre 2015 avaient pour objectif principal de mener des missions «Quick Reaction Alert» (QRA) pour le compte des pays baltes.

Toutefois, les différentes forces armées envoyées sur place avaient également pour objectif secondaire de s'entraîner avec les forces armées locales, d'améliorer leur interopérabilité, de tisser des liens plus étroits, et de perfectionner leurs procédures communes, notamment aériennes.

Partager cet article

Commenter cet article