Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Un AV-8B Harrier II de l'US Marine Corps s'abîme dans l'océan Atlantique

© USMC - Un AV-8B Harrier II opère depuis le pont d'envol d'un porte-aéronefs.
© USMC - Un AV-8B Harrier II opère depuis le pont d'envol d'un porte-aéronefs.

Vendredi 06 mai 2016, un AV-8B Harrier II de l'US Marine Corps s'est abîmé dans l'océan Atlantique alors que son pilote réalisait une mission d'entraînement à proximité de la station balnéaire de Wrightsville Beach, située en Caroline du Nord, aux Etats-Unis.

L'accident, qui a eu lieu à seulement quelques kilomètres de la côte est, s'est déroulé aux alentours de 17h00, heure locale, et a été observé par de nombreuses personnes, qui se trouvaient encore sur la plage.

Le pilote, qui participait à une mission avec d'autres AV-8B Harrier II, s'est éjecté peu de temps avant l'accident, et a été rapidement récupéré, aux alentours de 17h30, par un hélicoptère SH-60 Seahawk du Sea Combat Squadron 22, appartenant à l'US Navy. Récupéré par hélitreuillage, il a été transporté à l'hôpital de Camp Lejeune, une base de l'US Marine Corps, pour y être soigné à la suite de légères blessures, tout en étant dans un état stable.

L'appareil et son pilote appartiennent au Marine Attack Squadron 542, intégrés au Marine Aircraft Group 14, et opèrent depuis la base aéronavale de Cherry Point, située en Caroline du Nord. Toutefois, pour des raisons qui ne sont pas connues, le pilote avait décollé de l'aéroport international de Wilmington, situé à quelques kilomètres de Cherry Point, et aurait dû retourner sur ce même aéroport civil à la fin de la mission d'entraînement.

Comme à chaque accident, une enquête a été ouverte afin de déterminer les causes précises de cet accident, et l'US Marine Corps, dans son communiqué de presse, n'a pas précisé si l'ensemble de la flotte des Harrier a été clouée au sol, ou non, mais cela ne semble pas être le cas.

De nombreux témoins, qui ont aperçu depuis le rivage l'AV-8B Harrier II peu de temps avant le crash, ont indiqué aux autorités locales que l'appareil était en feu avant de s'abîmer en mer, et qu'ils avaient pu observer le pilote descendre en parachute. Les témoignages et les observations des personnes se trouvant au bord de la mer, ainsi que sur les bateaux de plaisance qui naviguaient à proximité, seront importants pour la suite de l'enquête.

Si des débris de l'appareil étaient visibles à la surface de l'océan, la récupération sera compliquée car les restes de l'épave sont dispersés sur plusieurs kilomètres, notamment en raison des courants marins.

Partager cet article

Commenter cet article