Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

En 2015, la Force Aérienne Japonaise a réalisé 873 interceptions à proximité de l'espace aérien japonais

© JASDF - Break d'un F-15J Eagle armé de missiles air-air d'entraînement.
© JASDF - Break d'un F-15J Eagle armé de missiles air-air d'entraînement.

Si la presse spécialisée, et parfois généraliste, évoque régulièrement les interceptions des aéronefs de l'Armée de l'Air russe par les chasseurs européens, et vice-versa, qui ont lieu en Europe, il n'en reste pas moins que l'Asie est aussi une partie du monde où les tensions sont relativement fortes, notamment entre le Japon et la Chine, qui revendiquent chacun les îles Senkaku (sous contrôle japonais), situées en mer de Chine orientale.

C'est donc dans ce contexte relativement tendu que la Japan Air Self-Defense Force (JASDF) a dû mener plusieurs centaines d'interceptions d'aéronefs de la Force Aérienne Chinoise et de l'Armée de l'Air russe lors de l'année fiscale japonaise 2015, qui s'étend du 1er avril au 31 mars de l'année suivante.

En effet, selon les déclarations du Ministère japonais de la Défense, la JASDF a effectué pas moins de 873 interceptions durant l'année fiscale 2015, contre 943 interceptions durant l'année fiscale 2014. Si, dans la globalité, les décollages pour intercepter un ou plusieurs appareils étrangers s'approchants de l'espace aérien du Japon et de ses intérêts ont diminué, ceux afin d'intercepter des aéronefs chinois ont augmenté.

En 2014, le Japon avait fait décoller à 469 reprises ses chasseurs de supériorité aérienne afin d'aller intercepter, identifier, et escorter des appareils de la Force aérienne de l'armée populaire de libération, plus couramment appelée Force Aérienne Chinoise. En 2015, ces interceptions ont eu lieu à 571 reprises. Soit une augmentation d'environ 21,75%.

Contrairement à ce qui se produit avec les appareils chinois, les interceptions d'aéronefs russes ont, elles, baissé. En effet, toujours selon les données fournies par le Ministère japonais de la Défense, la JASDF a intercepté 473 fois un ou plusieurs aéronefs de l'Armée de l'Air russe au cours de l'année fiscale 2014. Concernant celle de 2015, les interceptions d'appareils russes ont eu lieu à 288 reprises. Cela représente une baisse assez marquée d'environ 39,75%.

© JASDF - Patrouille de deux F-4EJ Phantom II de la Force Aérienne d'Autodéfense Japonaise.

© JASDF - Patrouille de deux F-4EJ Phantom II de la Force Aérienne d'Autodéfense Japonaise.

Les interceptions des aéronefs chinois ont, dans la grande majorité des situations, eu lieu aux abords des îles Senkaku. Sous contrôle du Japon depuis 1895, ces huit îles, mais qui sont en réalité cinq îles et trois gros rochers, sont depuis quelques années maintenant le théâtre d'affrontements indirects entre les forces japonaises et chinoises, qui veulent chacune affirmer leur puissance sur cette zone qui présente plusieurs atouts, que ce soit pour la pêche, la récupération d'hydrocarbures, ainsi que l'utilisation des îles comme bases militaires.

Pour rappel, en février 2016, le Japon a déployé vingt F-15J Eagle sur la base aérienne de Naha, dans le sud de la préfecture d'Okinawa. Cette base aérienne, qui accueille déjà un contingent de vingt F-15J Eagle ainsi que des avions de patrouille maritime P-3 Orion, est située à environ 420 kilomètres des îles disputées par les deux puissances militaires de la région.

Les vingt appareils supplémentaires, habituellement stationnés sur la base aérienne de Tsuiki, dans le sud du Japon, assureront des missions de police du ciel aux alentours de ces îles afin d'y assurer la souveraineté japonaise et de contrer les manoeuvres des forces chinoises qui réalisent de temps à autre des coups de force, avec notamment l'approche à quelques kilomètres des côtes par des navires des gardes-côtes chinois.

Lors de l'arrivée de ces chasseurs sur leur nouvelle base aérienne, Kenji Wakamiya, Vice-Ministre japonais de la Défense, avait déclaré qu'il s'agit ici de «la ligne de front même de notre défense nationale».

© JASDF - Les F-2A «Viper Zéro», fabriqués localement, et spécialisés dans l'attaque contre les bâtiments de surface.

© JASDF - Les F-2A «Viper Zéro», fabriqués localement, et spécialisés dans l'attaque contre les bâtiments de surface.

La Japan Air Self-Defense Force dispose d'une flotte conséquente de chasseurs de supériorité aérienne, ainsi que des appareils spécialisés dans l'attaque au sol et dans les missions air-mer, contre les bâtiments de guerre notamment.

Selon le rapport World Air Forces 2016, de Flight Global, la JASDF met en oeuvre 62 F-2A et 16 F-2B «Viper Zéro» (spécialisés dans l'attaque air-mer et au sol) ; 71 F-4EJ et RF-4EJ Phantom II (reconnaissance, mission air-air, attaque au sol) ; ainsi que 154 F-15J et 45 F-15DJ Eagle (supériorité aérienne).

Si chaque type d'appareil a une mission précise qui lui est assigné, il peut tout aussi bien effectuer une autre mission. A titre d'exemple, bien que les F-2A soient des appareils spécialisés pour l'attaque air-mer, ils peuvent aussi effectuer des missions de police du ciel, comme cela arrive régulièrement.

Partager cet article

Commenter cet article