Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Le Rafale tire son troisième missile air-air METEOR

Photo : © DGA - Tir d'un missile METEOR lors d'un précédent essai
Photo : © DGA - Tir d'un missile METEOR lors d'un précédent essai

EXCLUSIF !

Après un premier tir d'un missile air-air METEOR le 28 Avril 2015, la Direction Générale de l'Armement (DGA), en coopération avec l'avionneur Dassault Aviation, a procédé au tir de ce même missile le 21 Mars 2016, et ce, pour la troisième reprise.

Selon mes informations, ce tir du METEOR SS3, «SS» pour «Safe Separation» et «3» pour le troisième tir, a été effectué par le Rafale B301, utilisé pour mener des expérimentations et des essais, et équipé du radar RBE2-AESA, de Thales.

L'appareil, qui a décollé de la base aérienne 120 de Cazaux en raison de l'implantation du site DGA Essai en Vol sur cette base de l'Armée de l'Air, a d'abord réalisé une passe de tir de répétition, puis, par la suite, une passe de tir nominale.

Le missile METEOR est allé frapper et détruire une cible aérienne MIRACH 100, drone subsonique catapulté depuis une rampe de lancement sur la terre ferme, ou largué depuis un aéronef équipé d'un dispositif prévu à cet effet.

Dans le cadre de cet essai, la DGA Essai en Vol a assuré, dit-on, «la préparation et la coordination» de l'ensemble des moyens aériens engagés dans ces manoeuvres, notamment en ce qui concerne la mise en oeuvre du Rafale B, la mise en place du missile, et la récupération des différentes données électroniques concernants le tir du METEOR.

Pour rappel, de Novembre 2012 à 2014, la Direction Générale de l'Armement avait déjà procédé, non pas au tir, mais à l'éjection de plusieurs METEOR depuis un Rafale afin de tester et d'observer le comportement du missile lors de sa séparation avec l'avion tireur lorsque celui-ci déclenche le tir, et notamment afin d'éviter que le METEOR entre en contact avec l'appareil.

Le missile air-air METEOR est équipé d’un statoréacteur, doté du mode "tire et oublie", et il est aussi conçu pour la mission de défense aérienne à très longue portée. Grâce aux performances du radar RBE2 à antenne active équipant le Rafale (seul chasseur européen capable de mettre en oeuvre ce type de radar), il sera capable d’intercepter des cibles à très longues distances, en complément de l’actuel missile MICA IR ou EM (InfraRouge ou ElectroMagnétique), utilisé aussi pour le combat ou l’autodéfense. Avec une vitesse de pointe de Mach 4, le METEOR dispose d'une portée de plus de 100 kilomètres (la portée réelle n'a jamais été divulguée pour des raisons opérationnelles).

Lancé en 2003, le METEOR est le résultat d'une coopération européenne entre l’Allemagne, l’Espagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni et la Suède. Ce programme permet de faire travailler plusieurs entreprises européennes entres-elles autour d'un projet commun, comme MBDA-UK (UK = Royaume-Uni, le maître d’œuvre industriel), aux côtés de MBDA-France, de MBDA-Italie, de Saab pour la Suède, de Bayern-Chemie pour l'Allemagne, et enfin, de Inmize pour l'Espagne.

Le missile, actuellement en cours d'intégration sur certains avions de combat, sera capable d'être utilisé par l'Eurofighter Typhoon, mis en oeuvre par la Royal Air Force, la Luftwaffe, l'Ejército del Aire, et l'Aeronautica Militare, par le JAS-39 Gripen de la Force Aérienne Suédoise, par les Rafale de l'Armée de l'Air française et de la Marine Nationale, et enfin, dans quelques années, par les F-35.

Partager cet article

Commenter cet article