Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

L'Ejército del Aire a organisé un important exercice de défense aérienne

L'ensemble des moyens aériens sur le tarmac de Gando.
L'ensemble des moyens aériens sur le tarmac de Gando.

(toutes les photographies : © Ejército del Aire).

Du 24 Février au 11 Mars 2016, l'Ejército del Aire (Armée de l'Air espagnole) a organisé depuis la base aérienne de Gando, située dans les îles Canaries, un important exercice de défense aérienne, impliquant de nombreux aéronefs espagnols, ainsi que ceux d'alliés de l'OTAN, dont notamment la France et l'Allemagne.

Trois F/A-18 Hornet espagnols partent pour une nouvelle mission.
Trois F/A-18 Hornet espagnols partent pour une nouvelle mission.

Cet exercice, organisé sur ces deux semaines, a eu plusieurs objectifs, et a été divisé en deux grands exercices distincts.

  • DACEX

Le premier exercice a été d'entraîner, pendant la première semaine, les aviateurs de l'Ejército del Aire, ainsi que les militaires au sol de l'Ejército de Tierra, à protéger les îles Canaries ainsi que la base aérienne espagnole qui s'y trouve, dans le cadre de l'exercice DACEX, pour «Exercice de défense aérienne des îles Canaries».

Dans le cadre de cette première session, l'Ala 46, habituellement stationné sur la base aérienne de Gando, va déployer des F/A-18 Hornet (désignation locale C.15) sur l'aérodrome militaire de Lanzarote, situé sur une des îles de l'archipel des Canaries, à quelques kilomètres des côtes du Sahara Occidental.

Ces moyens aériens seront également renforcés par ceux venus de la métropole espagnole, avec notamment des F/A-18 Hornet supplémentaires, provenants de la base aérienne de Zaragoza, dans le Nord de l'Espagne.

Ici, l'objectif des appareils est de s'entraîner à soutenir des unités au sol, et surtout, à protéger ces îles face à des avions de combat ennemis, dans des missions qui impliquent des combats aériens.

Un Mirage 2000B décolle sous un ciel orageux.
Un Mirage 2000B décolle sous un ciel orageux.
  • DACT

Dans la deuxième semaine de cet exercice, la base aérienne de Gando a accueilli de nombreux partenaires européens afin de mettre en place des missions de défense aérienne, où ces appareils opéraient aux côtés, mais aussi contre, ces chasseurs espagnols, que ce soit les F/A-18 Hornet, ou les Eurofighter Typhoon, envoyés sur place pour l'occasion.

Cette deuxième partie, appelée DACT, pour «Dissimilar Air Combat Training», a pour objectif d'entraîner l'ensemble des unités volantes qui se trouvent sous le commandement du MACOM, pour «Mando Aéreo de Combate», et qui a pour mission d'assurer l'entraînement, la formation, et la mise en oeuvre opérationnelle des unités de combat, de soutien, et de détection et de commandement aéroporté appartenant à l'Ejército del Aire.

Dans cet exercice, les aviateurs ont participé à des missions complexes, rassemblants plusieurs aéronefs de différentes nationalités, lors de combats aériens à vue (WVR : Within Visual Range), mais aussi au-delà de la portée visuelle (BVR : Beyond Visual Range). Les tirs étaient enregistrés et validés, ou non, lors des débriefings grâce à des logiciels communs.

Atterrissage en patrouille de deux Eurofighter allemands
Atterrissage en patrouille de deux Eurofighter allemands

Etant donné qu'il s'agit ici en priorité d'entraîner les équipages espagnols, l'Ejército del Aire a mis en oeuvre dans cet exercice des F/A-18 Hornet de l'Ala 12, 15, et 46, des Typhoon de l'Ala 11 et 14, des C-130 Hercules de l'Ala 31, des hélicoptères Super Puma du 802 Squadron, ainsi que des avions de transport CASA CN-235, utilisés pour les missions Search And Rescue et de transport entre les différentes îles de la région.

Aux côtés des aéronefs espagnols, la base aérienne de Gando a aussi accueilli pendant plusieurs jours deux Mirage 2000B de l'Escadron de Chasse 2/5 «Ile de France» (BA 115 d'Orange-Caritat), et deux Mirage 2000-5F du Groupe de Chasse 1/2 «Cigognes» (BA 116 de Luxeuil) de l'Armée de l'Air française.

A leurs côtés, se trouvaient également des Eurofighter du TaktLwG 73 de la Luftwaffe, stationné sur la base aérienne de Laage, dans le Nord-Est de l'Allemagne, qui est le premier escadron allemand à être équipé d'Eurofighter après avoir retiré de vol les derniers Mig-29, et c'est aussi lui qui a la charge de former les jeunes pilotes de chasse sur ce chasseur européen.

La Belgique a aussi fait le déplacement avec la présence de sept F-16AM du 2e Wing Tactique de la Composante Air, stationné sur la base aérienne de Florennes, dans l'Ouest de la Belgique.

L'OTAN a déployé un E-3 Sentry AWACS, qui assurait le contrôle et la détection aéroportée lors de l'ensemble de ces opérations. L'appareil et son équipage sont arrivés de la base aérienne de Geilenkirchen, appartenant à l'OTAN, qui est située dans l'Ouest de l'Allemagne, non loin d'Aix-la-Chapelle, et à quelques mètres seulement de la frontière avec les Pays-Bas.

Passage bas des deux B-52 au-dessus de Gando.
Passage bas des deux B-52 au-dessus de Gando.

Les Etats-Unis ont aussi engagé quelques moyens dans cet exercice, avec notamment l'utilisation de deux B-52H «Stratofortress» en tant que «High Value Asset».

Enfin, du côté des sociétés privées, il faut noter la présence de la société canadienne Discovery Air, qui a engagé des A-4 Skyhawk, ainsi que la société allemande Ges. fuer Flugzieldarstellung, filiale de Airbus Defence & Space, et qui est venue avec un ou plusieurs de ses Learjet.

Des militaires du Tactical Leadership Program (TLP), qui se joue habituellement sur la base aérienne d'Albacete, ont fait le déplacement à Gando afin d'assurer l'ensemble des briefings et des débriefings auprès des différents pilotes de chasse, et de coordonner l'ensemble des moyens aériens. Ces militaires du TLP ont l'habitude de ce genre de situation puisqu'ils doivent gérer plusieurs dizaines d'aéronefs et leurs équipages lors des sessions de formation à Albacete.

Un des A-4 Skyhawk canadien engagé dans l'exercice.

Un des A-4 Skyhawk canadien engagé dans l'exercice.

Partager cet article

Commenter cet article