Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Douze nations participent à l'exercice Serpentex 2016

Photo : © S. Dupont - Les moyens aériens français sur le tarmac de Solenzara.
Photo : © S. Dupont - Les moyens aériens français sur le tarmac de Solenzara.

Depuis le Lundi 07 Mars 2016, et jusqu'au 25 Mars, douze nations ont rejoint la base aérienne 126 de Solenzara, en Corse, afin de participer à la huitième édition de l'exercice français SERPENTEX, spécialisé dans l'entraînement des militaires aux missions de Close Air Support, et devenu un exercice de référence dans ce milieu auprès des forces aériennes mondiales.

Initialement créé pour préparer les pilotes de chasse des escadrons français et les JTAC (Joint Terminal Attack Controller) au sol avant leur déploiement sur le territoire afghan, cet exercice a toutefois perduré dans le temps même après le retrait des troupes combattantes d'Afghanistan, puisque l'Armée de l'Air s'est retrouvée engagée dans des conflits (Lybie, Serval, Sangaris, Irak, Barkhane) qui, encore une fois, imposent la tenue de missions de Close Air Support (appui aérien rapproché) au profit des troupes au sol.

C'est pourquoi Serpentex a pu être maintenu au fil des années, tout en sachant évoluer et s'adapter en fonction des contraintes et des nouveautés rencontrées par les aviateurs dans les récentes opérations extérieures.

Photo : © US Air Force - Passage bas d'un B-52H au-dessus de la base de Solenzara.
Photo : © US Air Force - Passage bas d'un B-52H au-dessus de la base de Solenzara.
  • Des moyens aériens et terrestres importants

Cette édition 2016, qui s'étale sur trois semaines, «rassemble en ce moment plus d’un millier de militaires, dont 500 environ pour l’armée de l’air, près de 400 de l’armée de terre et plus d’une centaine des nations étrangères» selon le communiqué de l'Armée de l'Air.

Sur ces douze nations étrangères (dont dix de l'OTAN), outre les Etats-Unis, le Canada, et d'autres pays européens, qui déploient eux-aussi régulièrement des militaires au sol dans des opérations extérieures afin d'effectuer ce type de mission, il est important de noter la présence de JTAC issus des forces armées Jordaniennes mais aussi Saoudiennes.

Leur présence n'est pas anodine puisque actuellement, l'ensemble de ces nations participantes sont engagées au Moyen-Orient, et plus précisément en Irak, afin de soutenir au sol et depuis les airs les forces armées irakiennes qui se battent contre l'Organisation Etat Islamique. Des équipes de JTAC sont donc déployées sur le sol irakien afin d'apporter l'appui aérien rapproché dont les militaires au sol auraient besoin lors de combats contre les jihadistes.

Mais outre le volet terrestre, les moyens aériens, français comme étrangers, engagés dans cet exercice, sont assez conséquents. Du côté de l'Armée de l'Air française, la base corse accueille sept Rafale, onze Mirage 2000D et 2000N, un drone Harfang, un Casa CN-235, un C-160 Transall, deux hélicoptères Fennec, employés dans de l'appui aérien rapproché en Centrafrique, ainsi qu'un ravitailleur C-135FR, qui opère depuis sa base mère, à Istres.

Du côté des nations étrangères participantes, quatre Hawk de la Royal Air Force ont fait le déplacement sur l'île de beauté, avec deux AMX et un ravitailleur KC-767 de l'Aeronautica Militare, ainsi qu'un Learjet 35A de la société allemande Ges. fuer Flugzieldarstellung, filiale de Airbus Defence & Space, et équipé d'une nacelle de désignation laser Litening.

Enfin, et c'est avec une présence remarquée que deux B-52H Stratofortress de l'US Air Force participent eux-aussi à cet exercice, depuis la base aérienne de Moron, en Espagne. A ce titre, le Major Sarah Fortin, directrice-adjoint des opérations du 20th Expeditionary Bomb Squadron, a déclaré dans un communiqué de presse que «Serpentex est une excellente occasion d'avoir l'ensemble des JTAC des nations d'une coalition sur un seul et même endroit, ce qui permet de s'entraîner ensemble, d'accroître l'interopérabilité, et de travailler sur les compétences en matière de communication».

Leur présence est d'autant plus notable car «la plupart des militaires n'ont pas travaillé avec des bombardiers de ce type lors de missions précédentes. Nous avons une présence sur zone plus longue, ainsi qu'une courbe en virage beaucoup plus large que la plupart des autres combattants, donc [les JTAC] devront trouver un nouveau rythme lorsqu'il faudra nous appeler pour de l'appui aérien rapproché».

Le communiqué précise que «le Stratofortress est bien adapté pour ces missions car il peut évoluer pendant de longues périodes, et il emporte un plus large éventail de munitions que tous les autres appareils dans l'inventaire américain».

SERPENTEX 16' kicks off in Corsica, France

What do you get when you mix JTACs from 12 different NATO countries and a whole lot of #AirPower? SERPENTEX 16'!!! #JTAC #Flackvest United States Air Force U.S. Air Forces in Europe and Air Forces Africa

Posté par Ramstein Air Base, Germany sur mardi 8 mars 2016
  • Les missions

L'Armée de l'Air indique qu'au cours des différentes sorties aériennes organisées sur ces trois semaines, les chasseurs-bombardiers vont effectuer des frappes aériennes et des passes-canon sur le champ de tirs de Diane, en coordination avec les JTAC au sol afin de s'approcher au plus près de la réalité.

Au cours de ces différentes sorties, consacrées exclusivement à des missions air-sol, plusieurs procédures vont être testées, améliorées, et apprises par les JTAC français et étrangers. La première est le DACAS, pour Digital Aided CAS, où l'on utilise ici des outils numériques afin de superviser l'appui aérien rapproché demandé.

Des missions SCAR, pour Strike Coordination and Reconnaissance (Coordination de frappe et reconnaissance) sont aussi mise en place avec l'absence de JTAC. Selon l'Armée de l'Air, elles «allient la recherche et le traitement d’objectifs dans une zone délimitée, sans présence de troupes amies et donc sans le guidage de JTAC».

Enfin, des aéronefs utilisés pour mener des missions ISR (Intelligence, Surveillance, and Reconnaissance) sont aussi engagés dans ces opérations afin d'obtenir «des scénarios plus conformes à la réalité opérationnelle».

Defens'Aero a été accrédité et est donc présent sur la base aérienne 126 de Solenzara du Mardi 15 au Jeudi 17 Mars 2016 afin de couvrir dans sa globalité l'édition 2016 de l'exercice Serpentex.

A cette occasion, plusieurs reportages seront publiés ici-même dans les jours à venir afin de pouvoir traiter les différents aspects de cet exercice, que ce soit lors de la mise en place des briefings au profit des militaires avant leur départ dans la mission, avec les JTAC étrangers engagés sur le terrain, lors de rencontres avec les pilotes de chasse et les mécaniciens, ou lors de la présentation des moyens aériens et des différents outils utilisés pendant l'exercice, ...

Alors, restez connectés sur la fréquence de Defens'Aero ! ;-)

Partager cet article

Commenter cet article