Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Defens'Aero

Menu
La Permanence Opérationnelle française intercepte deux bombardiers Tu-160 Blackjack russes

La Permanence Opérationnelle française intercepte deux bombardiers Tu-160 Blackjack russes

Photo : © UK MoD - Interception par les chasseurs français d'un Blackjack
Photo : © UK MoD - Interception par les chasseurs français d'un Blackjack

Dans le courant de l'après-midi du Mercredi 17 Février 2016, deux Eurofighter Typhoon de la Royal Air Force ont décollé pour intercepter un bombardier stratégique Tu-160 «Blackjack» qui évoluait au-dessus de la mer du Nord, et à proximité de l'espace aérien britannique.

Un porte-paroles du Ministère anglais de la Défense a confirmé l'interception et a indiqué que les deux chasseurs ont décollé sur alerte depuis la base aérienne de Coningsby, dans le Lincolnshire, afin d'intercepter ces bombardiers, qui survolaient la mer du Nord, et qui arrivaient de l'Ouest de la Norvège.

Ils avaient décollé quelques heures plus tôt de la base de la Marine Russe de Olenya (voir sur Google Maps), située à quelques dizaines de kilomètres de la Finlande, et construite dans la péninsule de Kola, située elle-même dans le Nord de la Russie occidentale. Elle est bordée par la mer de Barents au Nord, et par la mer Blanche dans l'Est et le Sud.

Lors de l'interception, les bombardiers stratégiques russes ne se trouvaient pas dans l'espace aérien britannique, mais dans la «zone d'intérêt» du Royaume-Uni, selon les propos d'un porte-paroles du Ministère britannique de la Défense. Les bombardiers russes, utilisés pour effectuer des missions stratégiques, ont ensuite continué leur route en évoluant au-dessus de la Manche, et en longeant les côtes française.

C'est dans ce cadre là que deux chasseurs de la permanence opérationnelle ont décollé de leur base aérienne afin de prendre la suite de l'interception menée, dans un premier temps, par les Typhoon anglais.

L'Armée de l'Air, qui n'a pas officiellement communiqué sur cette interception, a pourtant engagé un Mirage 2000-5F du Groupe de Chasse 1/2 «Cigognes», ainsi qu'un Rafale B, comme l'atteste la photographie diffusée par... le Ministère britannique de la Défense.

Le Mirage 2000-5F a décollé depuis la base aéronavale de Lann-Bihoué, située sur la côte Ouest de la France, alors que le Rafale, piloté par un équipage de l'Escadron de Chasse 1/91 «Gascogne», est parti de la base aérienne 113 de Saint-Dizier.

Ce n'est pas la première fois que des chasseurs français de la permanence opérationnelle sont «scramblés» afin d'intercepter et d'escorter des bombardiers stratégiques russes. Officiellement, la dernière interception d'aéronefs russes aux larges de la France a eu lieu il y a un tout petit peu plus d'un an, le 28 Janvier 2015.

A cette époque, un Rafale de l'Escadron de Chasse 1/91 «Gascogne» et, ici aussi, un Mirage 2000-5F des «Cigognes», avaient intercepté deux bombardiers Tu-95 «Bear», qui étaient escortés par des Mig-31 «Foxhound».

Bien que l'interception avait été reconnue publiquement par la communication de l'Armée de l'Air en raison du franchissement du mur du son par le Rafale, cette dernière n'avait pas précisé la nature du décollage sur alerte. Il aura fallu attendre plusieurs jours pour que le Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian reconnaisse publiquement l'interception de ces bombardiers russes.