Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

L'Italie autorise l'utilisation de sa base aérienne de Sigonella pour les drones de l'US Air Force

Photo : © US Air Force - Atterrissage d'un MQ-9 Reaper armé de GBU-12 et de missiles air-sol Hellfire.
Photo : © US Air Force - Atterrissage d'un MQ-9 Reaper armé de GBU-12 et de missiles air-sol Hellfire.

Si le Royaume-Uni, la France, et les Etats-Unis sont particulièrement actifs sur le dossier libyen avec l'implantation de l'Organisation Etat Islamique (OEI) à Syrte et dans d'autres zones du Nord de la Libye, profitant du chaos ambiant général pour étendre sa zone d'influence, l'Italie est elle aussi fortement concernée.

En effet, Rome doit faire face à l'afflux quotidien de plusieurs dizaines de migrants qui arrivent par bateaux depuis la Libye sur l'île de Lampedusa et en Sicile, pour ensuite tenter d'entrer en Europe. Cette situation, qui est difficilement gérable pour les autorités italiennes, inquiète fortement ces dernières, d'autant plus que des jihadistes pourraient également se glisser entre les familles de migrants qui fuient la guerre.

C'est pourquoi le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a souvent milité en faveur d'une coalition militaire occidentale, avec l'Italie à sa tête, mais avec l'impérative constitution d'un gouvernement libyen d'union nationale, afin de mener des opérations contre l'Organisation Etat Islamique, qui pourrait s'ancrer durablement le long des côtes libyennes, situées à environ 600 kilomètres des côtés du Sud de l'Italie.

Quoi qu'il en soit, si cette action militaire entre plusieurs pays n'est pas encore totalement sur ses débuts, il n'en reste pas moins que des avancées ont eu lieu dans la lutte contre l'OEI en Libye.

En effet, après les trois frappes aériennes américaines effectuées en 2015 par des F-15E Strike Eagle de l'US Air Force, dont la dernière a eu lieu dans la nuit du Jeudi au Vendredi 19 Février 2016 à Sabratha, tuant entre une quarantaine et une cinquantaine de jihadistes, l'Italie vient d'accepter d'ouvrir la base aérienne de Sigonella aux drones de l'US Air Force.

Cette base aéronavale de l'US Navy, implantée sur la côte Est de la Sicile, va désormais accueillir des drones MQ-1 Predator et/ou MQ-9 Reaper de l'US Air Force afin que ces derniers puissent mener des missions au-dessus du Nord de la Libye, où la présence de l'Organisation Etat Islamique est confirmée.

Le gouvernement italien a tenu à préciser que l'utilisation de cette base aérienne par les Etats-Unis se fait sous le contrôle des autorités italiennes, et que Washington n'a pas une totalement liberté d'action pour les vols au départ de cette base, idéalement située pour ce type de mission.

En effet, selon l'accord, initialement secret, conclu dans le courant du mois de Janvier 2016, les autorités italiennes devront être tenues au courant de chaque missions prévues depuis Sigonella. A ce moment là, elles donneront leur autorisation, ou non, pour que la mission puise se tenir, avec des traitements au cas par cas.

Selon le Washington Post et certains médias italiens, les missions qui seront menées depuis cette base implique uniquement des missions de reconnaissance et d'observation, et des frappes aériennes ne seront autorisées uniquement en cas de menace directe contre les forces spéciales américaines sur place. L'accord ne prévoirait pas que l'Italie donne son feu vert pour des frappes aériennes délibérées, comme celles qui ont déjà eu lieu avec les F-15E Strike Eagle.

La base aérienne de Sigonella accueille des Atlantique, qui sont des avions de patrouille maritime appartenant au 41º Stormo de l'Aeronautica Militare, aux côtés des P-3 Orion, appartenant eux à l'US Navy. Cette base a joué un rôle important lors de l'opération Unifed Protector en Libye, en 2011, puisqu'elle a accueilli de nombreux types d'appareils, tels que des F-16, JAS-39 Gripen, Eurofighter Typhoon, drones, ravitailleurs, et avions de transport.

Il est nécessairement de rappeler que l'Italie, avec son Aeronautica Militare, participe déjà à des missions au-dessus de la Libye. En effet, depuis le 15 Janvier 2015, quatre avions d'attaque au sol AMX et un drone MQ-1 Predator ont été déployés sur la base aérienne de Trapani, en Sicile.

Si, officiellement, ce déploiement s'effectue «à la suite de l'évolution récente dans les pays de l'Afrique du Nord, et après la détérioration conséquente des conditions de sécurité» dans la région, il n'en reste pas moins que les appareils du 51° Stormo mènent des missions de reconnaissance des positions de l'Organisation Etat Islamique, mais aussi et sans doute, des voies maritimes empruntées par les passeurs et des zones utilisées comme point de départ en Libye, avant d'envoyer ces embarcations vers les côtes italiennes.

Partager cet article

Commenter cet article