Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Le groupe aéronaval français vient de quitter le golfe arabo-persique et rejoint la mer Méditerranée

Photo : © EMA - Le porte-avions Charles de Gaulle engagé dans la mission «Arromanches 2».
Photo : © EMA - Le porte-avions Charles de Gaulle engagé dans la mission «Arromanches 2».

Engagé depuis le 19 Décembre 2015 au sein de l'opération Chammal depuis le golfe arabo-persique, le Groupe Aérien Embarqué (GAE) du porte-avions Charles de Gaulle réalise des missions de reconnaissance et des frappes aériennes contre les positions jihadistes de l'Organisation Etat Islamique, en Irak comme en Syrie.

Depuis deux mois donc, le Groupe Aéronaval (GAé), intégré au sein de la Task Force 50, navigue dans la région afin d'appuyer les éléments français déjà engagés dans cette opération, notamment depuis Prince Hassan en Jordanie avec les huit Mirage 2000D, et depuis Al Dhafra aux Emirats-Arabes-Unis, avec les six Rafale de l'Escadron de Chasse 3/30 «Lorraine».

Mais après ces semaines de missions, le porte-avions et son escorte ont pris le chemin du retour afin de rallier la France et son port d'attache de Toulon. En effet, selon le communiqué de presse publié par l'Etat-Major des Armées le Mardi 23 Février 2016, «le 22 février 2016, le porte-avions Charles de Gaulle a quitté le golfe arabo-persique (GAP) pour faire route vers la Méditerranée», après avoir franchi le détroit d'Ormuz le 22 Février 2016.

Après avoir assuré seul et pendant plusieurs semaines une présence navale dans la région en raison de l'absence de porte-avions de l'US Navy, le Charles de Gaulle «a été relevé [le 14 Février 2016] par l'USS Harry S. Truman qui est désormais à la tête des forces navales de la coalition» internationale, emmenée par les Etats-Unis.

Au cours des opérations pendant ces deux mois, la Chasse Embarquée a réalisé, toujours selon l'Etat-Major des Armée, «près de 400 sorties aériennes opérationnelles», en coopération avec les appareils français et le reste des aéronefs de la coalition internationale. Les marins français ont assuré des missions ISR (Intelligence, Surveillance, and Reconnaissance) au-dessus du territoire irakien et syrien, et ont procédé à quatre-vingt frappes aériennes contre l'Organisation Etat Islamique.

Pour rappel, le Groupe Aéronaval français a déjà assuré une présence militaire contre l'Organisation Etat Islamique dans le cadre de la mission «Arromanches 2», qui a débuté le 18 Novembre 2015. En effet, entre le 23 Novembre et le 06 Décembre 2015, l'ensemble du Groupe Aéronaval avait déjà effectué des frappes aériennes depuis le large des côtes syriennes, alors qu'il naviguait dans la Méditerranée orientale (MEDOR). Pendant ces missions, le GAE avait «réalisé 130 sorties aériennes, 22 frappes et 9 missions ISR sur les territoires contrôlés par Daech» selon les informations de l'EMA.

A la suite de cette phase première phase d'opérations, le GAn avait franchi le canal de Suez le 07 Décembre 2015, ce qui lui avait alors permis de prendre le commandement de la Task Force 50 (TF50), et de faire une escale de ravitaillement (vivres et munitions) à Djibouti le 13 Décembre 2015.

Le retour en mer Méditerranée et donc vers la France pose évidemment la question de son engagement au-dessus de la Libye afin de mener des missions de reconnaissance. Ces missions ont été révélées par la communication de l'Elysée, qui avait indiqué que des missions de reconnaissance ont été menées au-dessus des villes de Syrte et de Tobrouk, le 20 et 21 Novembre 2015, situées dans le Nord et le Nord-Est de la Libye.

Les missions de reconnaissance effectuées par des Rafale et des ravitailleurs C-135 de l'Armée de l'Air, et ce dans la région du Nord de la Libye, ont été officiellement reconnues par l'Etat-Major des Armées lors d'un point presse hebdomadaire. Il est donc hautement probable pour que des Rafale M soient utilisés afin de mener des missions de surveillance, voire peut-être même des frappes aériennes sur des objectifs jihadistes de l'Organisation Etat Islamique préalablement établis, comme ce fut le cas pour les F-15E Strike Eagle de l'US Air Force.

Partager cet article

Commenter cet article