Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Des F-15E Strike Eagle de l'US Air Force ont effectué un raid aérien en Libye

Photo : © US Air Force - Formation de quatre F-15E Strike Eagle.
Photo : © US Air Force - Formation de quatre F-15E Strike Eagle.

Alors que les Etats-Unis sont fortement engagés au Moyen-Orient avec les opérations aériennes mises en place pour lutter contre l'Organisation Etat Islamique qui sévit en Irak et en Syrie, et avec la tenue dans la continuité, tant bien que mal, d'une coalition internationale crédible contre ces jihadistes, cela n'empêche pas Washington de frapper ce même ennemi ailleurs que dans ces deux pays.

En effet, dans la nuit du Jeudi 18 au Vendredi 19 Février 2016, l'US Air Force a effectué un raid aérien contre un camp de l'Organisation Etat Islamique implanté dans le Nord de la Libye, qui n'arrive pas à se reconstruire et à former un gouvernement stable entre les divers partis présents dans le pays pour lutter efficacement contre les jihadistes.

Ces frappes aériennes, reconnues quelques heures plus tard par le Pentagone, ont été menées par des F-15E Strike Eagle du 48th Fighter Wing, stationnés sur la base aérienne de Lakenheath, dans le Suffolk (Royaume-Uni), et ont été soutenus par des ravitailleurs KC-135 Stratotanker. Des drones ont aussi été utilisés dans cette opération, sans doute pour observer le camp avant et après les frappes aériennes.

Elles ont visé un camp d'entraînement construit à l'extérieur de la ville côtière de Sabratha, située à environ 65 kilomètres à l'Ouest de la ville de Tripoli, dans la région historique de la Tripolitaine, au Nord / Nord-Ouest de la Libye.

Ces frappes aériennes, qui ont été menées grâce au concours de Londres et de Paris qui a autorisé que son espace aérien soit utilisé par les appareils de l'US Air Force, ont permis la mort de plus d'une quarantaine de jihadistes, la majorité de nationalité tunisienne.

La cible principale de ce raid aérien était le jihadiste tunisien Noureddine Chouchane, qui fut l'un des coordinateurs principal des attentats contre le musée national du Bardo à Tunis, en Mars 2015 (22 morts), et contre les touristes de la station balnéaire de Sousse en Juin 2015 (38 morts). Ce jihadiste est aussi connu par les autorités américaines et tunisiennes pour faciliter la venue de ressortissants tunisiens dans des camps libyens de l'Organisation Etat Islamique afin de les entraîner.

Lors d'une conférence de presse tenue dans la journée du Vendredi 19 Février, le Pentagone n'a pas officiellement confirmé la mort de Noureddine Chouchane, mais a indiqué que les renseignements américains avaient de fortes suspicions et que sa mort était probable.

Un des porte-paroles du Pentagone a précisé que le camp d'entraînement qui a été frappé au cours de ce raid était relativement nouveau, et que d'autres camps de l'Organisation Etat Islamique avaient été identifiés dans d'autres régions de la Libye, ce qui suppose que d'autres raids aériens auront lieu dans les semaines qui suivent, avant peut-être une campagne aérienne plus importante avec la participation de plusieurs pays européens (Royaume-Uni, France, Italie).

Si des prochains raids aériens doivent être menés ils le seront, puisque le porte-paroles Peter Cook a clairement indiqué devant des journalistes que ce raid aérien ne «peut pas être le dernier».

Depuis 2015 et la présence de plus en plus forte de combattants de l'Organisation Etat Islamique en Libye, les Etats-Unis ont déjà mené, officiellement, deux raids aériens. Le premier raid a été effectué en Juin 2015 contre Moktar Belmokhtar (lié à AQMI, Al-Qaïda au Maghreb Islamique), près de la ville de Ajdabiya, dans le Nord-Est de la Libye. Le second raid de 2015 s'est tenu en Novembre, à Derna, située elle aussi dans le Nord-Est de la Libye (Cyrénaïque), et visait Abu Nabil, le chef de l'Organisation Etat Islamique en Libye, qui a été tué dans le raid.

Partager cet article

Commenter cet article