Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

La Russie devrait déployer des hélicoptères Ka-52 Alligator en Syrie

Photo : © Kamov - Démonstration aérienne des capacités de l'appareil.
Photo : © Kamov - Démonstration aérienne des capacités de l'appareil.

Selon l'agence de presse russe TASS News Agency le 15 Janvier 2016, l'arsenal russe déployé en Syrie continue de s'étoffer avec l'arrivée prochaine de l'hélicoptère d'attaque au sol Ka-52 Alligator (cote OTAN "Hokum-B") sur le théâtre des opérations.

Selon les déclarations faites à l'agence de presse, «les hélicoptères Ka-52 équipés du système de guerre électronique Vitebsk seront bientôt déployés en Syrie. Ils seront non seulement utilisés pour contrôler la situation autour de l'aérodrome Humeymim, mais également pour effectuer des opérations de recherche et sauvetage au combat».

Ce nouveau matériel vient s'ajouter à un dispositif aérien déjà conséquent et déployé sur la base aérienne d'Hmeymim, à quelques kilomètres de la ville côtière de Lattaquié, dans l'Ouest de la Syrie. Depuis la fin du mois de Septembre 2015, les frappes aériennes opérées par l'Armée de l'Air sont menées par plusieurs types d'appareils, parmi lesquels on trouve des bombardiers tactiques Su-34 "Fullback", des Su-24 "Fencer", ainsi des avions d'attaque au sol Su-25 "Frogfoot", protégés par des Su-27 "Flanker" et des Su-30SM "Flanker-C", utilisés pour mener des missions de supériorité aérienne.

A leurs côtés s'ajoute l'utilisation périodique de bombardiers stratégiques tel que le Tu-160 "Blackjack", le Tu-95MS "Bear", ainsi que le Tu-22M3 "Backfire", dont les sorties ont été très remarquées.

Enfin, sur cette même base aérienne, on trouve également les voilures tournantes qui ne sont pas en reste, avec de nombreux hélicoptères de transport de Mi-8 "Hip", ainsi que les hélicoptères d'attaque Mi-24P "Hind" et leurs versions modernisées portants la dénomination Mi-35M.

Photo : © Armée de l'air russe - Un Alligator tire ses roquettes lors d'un exercice.
Photo : © Armée de l'air russe - Un Alligator tire ses roquettes lors d'un exercice.

Un hélicoptère de combat dernier cri

Si les Mi-24 "Hind" fournissent déjà aux forces syriennes loyalistes à Bachar El-Assad un appui-feu rapproché par hélicoptère lors des combats contre les groupes rebelles et les jihadistes des différentes organisations de la région, l'arrivée du Ka-52 témoigne d'une véritable montée en puissance de cette force de frappe.

Doté d'une survivabilité élevée, l'Alligator, qui se rapproche fortement du Ka-50, se caractérise par ses hautes performances grâce notamment aux rotors contrarotatifs, et aux deux moteurs Klimov TV3-117VMA d'une puissance de 2 190ch chacun. Ses capteurs infrarouges (FLIR) fournissent une capacité de combat nocturne couplé à un système de contre-mesures en bout d'aile. L'appareil répond par ailleurs parfaitement à la dangerosité du théâtre d'opération grâce à la présence d'un cockpit blindée pouvant résister au calibre 12,7 ainsi que d'un système novateur de sièges éjectables en cas de crash.

En ce qui concerne l'armement, l'Alligator a de quoi impressionner. Équipé d'un canon de 30mm, la machine dispose également de missiles anti-chars Vikhr d'une portée de 10km, de missiles anti-aérien Igla, normalement utilisé pour les missiles portables sol-air (MANPAD), ainsi que des pods lance-roquettes de 80mm (S-8) ou 130mm (S-13), installés sur les points d'emports externes.

Photo : © Kamov - Deux Ka-52 Alligator en formation.
Photo : © Kamov - Deux Ka-52 Alligator en formation.

Baptême du feu

Il est utile de noter que l'arrivée du Ka-52 en Syrie correspond au premier déploiement opérationnel de l'appareil.

En d'autres termes, ce premier test d'envergure sur une opération extérieure doit permettre, d'une part, d'évaluer pleinement le potentiel de la machine, de permettre un RETEX (RETour d'EXpérience) aux équipages et aux ingénieurs russes de Kamov, développeur et fabriquant de l'hélicoptère.

D'autre part, ce déploiement permet d'exposer le savoir-faire technologique russe en terme d'hélicoptères de combat. En effet, si le célèbre Mi-24 "Hind" a su prouver son efficacité au combat, sa puissance de feu, et sa rusticité légendaire, notamment en Afghanistan, le Ka-52 apporte un véritable changement de dimension technologique. Cette rupture est palpable à travers le nouveau système de guerre électronique Vitebsk, censé protéger l'hélicoptère des menaces anti-aériennes dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres.

Quelle valeur ajoutée sur le terrain ?

Si, comme la source de TASS l'indique, les appareils devraient être employés pour protéger les abords des bases russes, et pour mener des missions de recherche et sauvetage au combat (CSAR, Combat Search And Rescue) au profit des pilotes des chasseurs-bombardiers et des hélicoptères russes opérants quotidiennement au dessus de la Syrie.

En effet, l’État-major russe considère très sérieusement les menaces qui pèsent sur ses aéronefs, et les Ka-52 seront ainsi chargés de sécuriser les missions de récupération des potentiels pilotes éjectés. Cette question se pose avec d'autant plus d'acuité depuis qu'une patrouille de deux F-16 de la Force Aérienne Turque a abattu un Su-24 russe au-dessus de la frontière turco-syrienne le 24 Novembre 2015 (lire cette actualité ici).

Par ailleurs, les preuves concernant la détention par les rebelles syriens de systèmes anti-aériens portatifs à courte portée MANPADS (Man-Portable Air Defense System) témoignent de la nécessité de se préparer à l'éjection d'un pilote après avoir été touché. A ce titre, le Ka-52 pourra se révéler être un outil indispensable face à ces dangers. Son armement adaptable et puissant, ses capacités de survie face au feu ennemi, ainsi que ses capteurs lui permettront sans doute d'évoluer parfaitement dans un environnement complexe et rempli de menaces.

Pour rappel, lors de la mission CSAR qui avait été organisée pour récupérer le navigateur qui s'est éjecté du Su-24 abattu (le pilote est mort, assassiné par les rebelles lors de sa descente en parachute au sol), la Russie avait perdu un Mi-8 "Hip" lors d'un atterrissage d'urgence, après avoir été touché par des tirs ennemis. Un militaire russe, dans l'appareil, est mort dans l'accident.

Partager cet article

Commenter cet article