Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

VIDEO : Avec les chasseurs de l'Armée de l'Air au-dessus de la Syrie

Photo : (c) EMA - Un Rafale équipé de AASM au roulage avant son décollage pour la Syrie.
Photo : (c) EMA - Un Rafale équipé de AASM au roulage avant son décollage pour la Syrie.

L'Armée de l'air française a mené, hier Mardi 17 Novembre 2015, son troisième raid aérien sur des positions de l'Organisation Etat Islamique depuis les attentats du Vendredi 13 Novembre. Annoncée par le Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian lors du journal télévisé de 20H sur TF1, l'information a été, par la suite, annoncée par l'Etat-Major des Armées sur son site.

Le communiqué de presse diffusé à cette occasion déclare que «dans la continuité des raids menés depuis 48 heures, la force Chammal a bombardé successivement deux centres de commandement de Daech. Les premières frappes ont débuté à 19h30 (heure française). Les deux objectifs visés ont été détruits».

Ce raid était «constitué de 10 chasseurs en provenance du golfe Arabo-Persique (GAP) [des Emirats-Arabes-Unis, NDLR] et de Jordanie». Il était composé de «quatre Rafale et six Mirage (2000D et 2000N)».

  • Des raids à répétition depuis les attentats

Depuis les attentats qui ont eu lieu en plein cœur de Paris, la France, via les moyens aériens déployés dans le cadre de l'opération Chammal, a mené trois importants raids aériens contre des bâtiments qui étaient occupés par les jihadistes de l'Organisation Etat Islamique.

Le premier raid a été mené le 15 Novembre par douze aéronefs, dont six Rafale, deux Mirage 2000D, et deux Mirage 2000N, qui ont largué vingt bombes à Raqqa, en Syrie. Le premier objectif visé était, à la fois, un poste de commandement, centre de recrutement djihadiste, et dépôt d’armes et de munitions. Il a été détruit par une patrouille de deux Mirage 2000D. Le second objectif détruit par quatre Rafale et deux Mirage 2000D était un camp d’entraînement et des cellules de recrutement.

Le deuxième raid, qui a eu lieu dans la nuit du 16 au 17 Novembre 2015, a engagé six Mirage 2000D et 2000N ainsi que quatre Rafale, toujours à Raqqa. Dans cette mission, les chasseurs ont détruit, à l'aide de seize bombes, «un centre de commandement qui abrite l’un des quartiers généraux de Daech, et un centre d’entraînement».

Le troisième raid s'est déroulé dans la soirée du Mardi 17 Novembre. Les détails sont disponibles dans les premiers paragraphes de cet article.

On soulignera ici l'excellent taux de disponibilité des chasseurs engagés dans ces opérations, et notamment celui des Mirage 2000D et 2000N déployés sur la Base Aérienne Projetée, en Jordanie.

A noter que la France n'a pas attendu ces tragiques attentats pour frapper l'Organisation Etat Islamique. Des opérations sont menées quotidiennement au-dessus de l'Irak et de la Syrie, et des frappes sont régulièrement effectuées et elle sont évoquées chaque Jeudi dans le point-presse de l'Etat-Major des Armées. En parallèle, des missions de reconnaissance sont aussi effectuées pour constituer un dossier avec les différents objectifs qui seront détruits par la suite lors de missions planifiées.

  • Vidéo : Avec les chasseurs français en Syrie

La communication de l'Etat-Major des Armées a publié une vidéo qui sort (enfin !, dirais-je) de l'ordinaire. On y voit notamment la préparation des Rafale et des Mirage 2000 par les armuriers, le roulage des appareils et leurs décollages en direction de la Syrie pour frapper leurs objectifs, ainsi les différents objectifs frappés au cours de ces trois raids.

Les images les plus intéressantes ici sont, sans aucun doute, celles du Mirage 2000N qui est en train de se mettre en route, sous son arche. C'est la première fois que l'Etat-Major des Armées évoque officiellement l'utilisation en opération de la configuration à quatre GBU-12 sous ces appareils. On notera aussi l'impressionnant tableau de frappes de ce Mirage 2000N n°340.

VIDEO : Avec les chasseurs de l'Armée de l'Air au-dessus de la Syrie

Partager cet article

Commenter cet article

OC 18/11/2015 19:09

Bonjour Loïc

C'est impressionnant qu'on aligne 10 avions sur plusieurs jours. Je crois que sur une période de "surge" d'une semaine, le groupe aérien doit être capable d'aligner tous les avions qu'il a à sa disposition. D'habitude nos aviateurs utilisent au maximum 2 avions sur 3 soit pour avoir du spare soit pour remettre à niveau l'avion qui a des petits soucis. Donc on a en temps normal, 4 M2000 & 4 Rafale.
Ce qu'il y a d'étonnant et personne ne l'a remarqué dans les differents blogs, c'est que les avions n'ont pas tous tiré leurs bombes et que soit 20, soit 16 bombes ça se largue avec moins d'avions en vol. Ce n'est pas que pour faire du bruit qu'on en envoie 10 surtout dans un endroit aussi tranquille!....
Pourquoi??? Simple curiosité de ma part. Est-ce qu'il y en a qui sont en spare en vol au casz'ou un des avions ne puissent larguer ses bombes ou qu'il y en a qui servent à faire de la reco ou encore de la sécurité aérienne vu que ça commence à être l'embouteillage sur zone.
De plus, 4 bombes sur M2000, comment se fait-ce que l'armée de l'air n'y ait pas pensé plus tôt?
Je serai très intéressé par une bonne explication.
Merci d'avance
Bien cdt

Defens'Aero 21/11/2015 01:46

Bonjour,
Concernant le nombre d'appareils engagé dans ces raids, comparé aux nombres de frappes effectuées, l'explication la plus plausible est celle d'appareils qui sont également envoyés dans ces raids pour permettre de frapper si jamais un des appareils à un souci technique : que ce soit sur l'ensemble de son chargement, ou sur une bombe uniquement mais qui doit être tirée car on lui a assigné un objectif.
Pour la configuration des 4 GBU sur les Mirage 2000, je ne saurais vous dire exactement pourquoi cette configuration n'a pas été employée plus tôt. (Bien que les 2000D soient déjà capables d'emporter des Mk82 lisses sur ces mêmes points. Cette dernière configuration a été vue au début de l'opération Serval, au Mali).
Cordialement,
Loïc.