Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Au Sahel, des hélicoptères Caracal de l'Armée de l'Air ravitaillent en vol sur un C-130 Hercules de l'US Air Force

Photo : (c) EMA - Ravitaillement en vol d'un Caracal au-dessus du Sahel.
Photo : (c) EMA - Ravitaillement en vol d'un Caracal au-dessus du Sahel.

Dans le courant de la fin du mois d'Octobre 2015, un hélicoptère Caracal de l'Escadron d’Hélicoptères 1/67 «Pyrénées» (Armée de l'Air) a été ravitaillé en vol par un C-130 Hercules de l'US Air Force au cours d'une mission au-dessus de la bande sahélo-saharienne.

Selon la communication de l'Etat-Major des Armées, «ce premier ravitaillement en vol réalisé en opération extérieure ouvre ainsi les portes à de nouvelles possibilités en termes de planification et conduite des opérations». Avec des opérations qui se déroulent dans une zone aussi vaste que le continent européen, l'utilisation des ravitaillements en vol permet aux appareils de se rendre sur une zone éloignée sans avoir à se poser et à ravitailler depuis le sol, ce qui fait perdre du temps.

Cette capacité, qui n'est malheureusement pas disponible, pour l'instant, sur notre flotte de C-130 Hercules, et qui ne le sera (probablement) jamais sur les A400M Atlas, est surtout utile pour les opérations menées avec les forces spéciales déployées dans l'ensemble du Sahel, principal frein entre le lieu du décollage et la distance à parcourir pour arriver sur la zone de l'assaut. L'apport d'un ravitaillement en vol sur un hélicoptère Caracal permet à l'appareil de voler pendant dix heures environ, alors qu'il a une autonomie de 4h45 avec ses réservoirs internes.

Par ailleurs, l'EMA indique notamment que «le domaine d’intervention des hélicoptères est alors démultiplié et ne rencontre plus d’autres limites que les capacités physiologiques de l’équipage et les contraintes météorologiques».

La composante aéromobile, déployée dans le cadre de l'opération Barkhane, comprend dix-sept hélicoptères (Caracal, Caïman, Tigre, Super Puma) qui sont «répartis sur les bases de Gao (Mali), N’Djaména (Tchad) et Madama (Niger)». Mais dans cette composante, combien sont réellement capables de voler ? Le 1er Novembre 2015, le blog Le Mamouth avait écrit un papier (à lire ici) révélant les nombreux problèmes, sans pour autant que cela soit étonnant, qui touchent la flotte des hélicoptères. A ce titre, le Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a indiqué que c'était pour lui un dossier «préoccupant».

Partager cet article

Commenter cet article