Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

La première femme pakistanaise pilote de chasse est décédée dans le crash de son appareil

Photo : (c) Reuters - Mariam Mukhtar installée dans le cockpit d'un F-7.
Photo : (c) Reuters - Mariam Mukhtar installée dans le cockpit d'un F-7.

Mardi 24 Novembre 2015, la première femme pilote de chasse au sein de la Force Aérienne Pakistanaise, Mariam Mukhtar, est décédée lorsque que son appareil, un FT-7PG, s'est écrasé dans la province du Pendjab, située dans le Nord-Est du Pakistan.

  • Un accident en phase finale avant l'atterrissage

Selon le communiqué de presse publié par la Force Aérienne Pakistanaise, «un avion FT-7PG, s'est écrasé lors d'une mission de routine de formation, près de Kundian». Ce même communiqué indiquait également, lors de sa publication, que «les deux pilotes de l'avion se sont éjectés en toute sécurité et ont été récupérés. Aucune perte humaine et de biens civils n'a eu lieu au sol lors du crash». Cependant, plus tard, un second communiqué est venu informer que le lieutenant Mariam Mukhtar est décédée à l'hôpital à la suite des blessures reçues lors de son éjection».

Un porte-paroles des forces armées pakistanaises a indiqué aux médias locaux que l'accident a eu lieu en phase finale avant l'atterrissage, alors que l'appareil se trouvait à basse altitude et au-dessus d'une zone où se trouvaient des habitations. Mariam Mukhtar a alors tenté de regagner un espace dégagé afin de s'éjecter, mais le parachute, en raison de la proximité avec le sol, n'a pas eu le temps de s'ouvrir après l'éjection.

Ce même porte-paroles a ajouté que Saqib Abbasi, qui se trouvait aussi dans l'appareil, a lui survécu à l'éjection, sans doute parce qu'il s'est éjecté de l'appareil quelques instants avant que Mariam le fasse elle aussi. Cependant, le pilote a dû être conduit dans un hôpital afin d'être placé en soins intensifs. Toutefois, le porte-paroles a ajouté que son état et ses signes vitaux étaient stables.

  • Un ancien officier pilote de chasse et d'essai sur F-7 évoque sa théorie

En 1999, le Pakistan a entamé une modernisation de sa flotte des F-7PG, notamment avec l'intégration d'une avionique améliorée. Le média américain Defense News (lire l'article ici, en anglais) rapporte les propos de Kaiser Tufail, ancien officier pilote de chasse de la Force Aérienne Pakistanaise, qui a eu pour mission durant sa carrière de tester le F-7 avant son achat auprès de l'avionneur chinois Chengdu.

Cet ancien pilote déclare que «le FT-7PG est semblable à un F-7P, sauf pour l'avionique du cockpit, qui est particulière à la version -PG». Pour lui, c'est un avion est «assez sûr... jusqu'à ce que quelque chose ne fonctionne plus de manière radicale».

Il pense, en raison de son expérience sur cet avion, comprendre ce qui a pu se passer lors de cet accident avec cet appareil, pourtant équipé du siège éjectable zéro-zéro de Martin Baker. Tufail avoue qu'il n'a «aucune idée de ce qui aurait mal tourné [dans l'appareil, NDLR]. Mais les déclarations indiquent que l'éjection a eu lieu à très basse altitude lors d'une approche en phase finale». Selon lui, «la mort pourrait être due à une éjection trop tardive». «Dans de telles conditions de vol, impliquant un taux de descente important, il n'y a pas assez de temps pour que le parachute puisse s'ouvrir pleinement», ajoute t-il.

«Il y a un siège zéro-zéro, mais ceux-ci doivent être activés au niveau zéro (au sol). Si il y a un taux de descente, la hauteur minimale d'éjection augmente proportionnellement. Dans ce cas, l'avion étant en basse altitude puisqu'en approche finale, le taux de descente n'a apparemment pas laissé assez de temps au parachute pour qu'il puisse s'ouvrir pleinement», détaille t-il.

La Force Aérienne Pakistanaise disposait, en 2013, de dix-neuf femmes pilotes de chasse dans ses escadrons depuis qu'elles sont autorisées à voler dans des avions de combat, et ce depuis 2006.

Partager cet article

Commenter cet article