Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Les futurs pilotes de chasse égyptiens sur Rafale sont actuellement en formation à Mont-de-Marsan

Les futurs pilotes de chasse égyptiens sur Rafale sont actuellement en formation à Mont-de-Marsan

Photo : (c) Dassault Aviation - Un des prototypes du Rafale survole les pyramides égyptiennes.

Lundi 16 Février, le Ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, accompagné, entre autre, par Éric Trappier, le PDG de Dassault Aviation, a officiellement signé, au Caire, un contrat avec l'Egypte, concernant la vente de 24 Rafale, qui seront destinés à la Force Aérienne Egyptienne.

Les Rafale égyptiens, dont les premiers qui seront livrés auraient dû l'être à l'Armée de l'Air française, seront divisés en deux parties, avec d'un côté, seize Rafale biplaces, qui seront utilisés pour la formation des pilotes de chasse égyptiens et pourquoi pas, pour les missions opérationnelles, comme en France, tandis que les huit autres seront des Rafale monoplaces.

Ces vingt-quatre Rafale seront équipés avec des missiles air-air MICA, des missiles de croisière air-sol SCALP (appelés Black Shahine pour la version export), ainsi que des bombes air-sol AASM, développées par Sagem, et dont leur efficacité a été démontrée en Libye, au Mali, et encore aujourd'hui en Irak.

Les trois premiers Rafale, qui devraient être des biplaces, seront portés, lors de leur sortie d'usine, au standard F3, avec pourquoi pas, des améliorations et des mises à jour dans les prochaines années. Peu de modifications devront être apportées aux Rafale qui sont en cours de construction, hormis le retrait des données et des logiciels concernant la mise en oeuvre de l'armement nucléaire ASMP-A, et des logiciels utilisés pour les communications, étant donné que l'Egypte ne fait pas partie de l'OTAN.

Mais avant de pouvoir utiliser ces aéronefs dans des missions au-dessus de l'Egypte, et peut être même en opérations extérieures, la Force Aérienne Egyptienne devra sélectionner et faire former des pilotes de chasse qui piloteront ces Rafale.

C'est pourquoi, les premiers pilotes de chasse égyptiens, accompagnés par des mécaniciens, sont actuellement sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, au sein du Centre de Formation Rafale (CFR) pour une durée d'un mois pour les pilotes, et pour trois mois en ce qui concerne les mécaniciens.

A Mont-de-Marsan, aux côtés du Régiment de Chasse 2/30 "Normandie-Niémen" et de l'Escadron de Chasse et d'Expérimentation 5/330 "Côte d'Argent", les aviateurs et les mécaniciens égyptiens sont donc intégrés au sein du Centre de Formation Rafale (CFR). Ce dispositif, rattaché aux commandements des forces aériennes et de la force maritime de l’aéronautique navale, a pour mission, selon l'Etat-Major des Armées, de "former l’ensemble du personnel de la défense et des entreprises aéronautiques du système Rafale. L’apprentissage au CFR délivre la qualification licence en maintenance aéronautique (LMAé) et repose sur 3 piliers : un enseignement théorique, une approche technique du Rafale, et une simulation de vol".

Une fois cette première formation terminée, les pilotes de chasse égyptiens se rendront à l'Escadron de Transformation Rafale 2/92 "Aquitaine", sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier. L'ETR 2/92 "Aquitaine" est un escadron qui "assure notamment la formation du personnel naviguant, standardise l’utilisation de l’avion Rafale, et forme des moniteurs simulateurs". Les pilotes égyptiens vont rester à Saint-Dizier pendant deux mois.

A contrario, les mécaniciens égyptiens devraient rester sur la base aérienne de Mont-de-Marsan et seraient formés par le personnel français de l'Escadron de Soutien Technique Aéronautique (ESTA) 2E.118 "Chalosse".

Au cours d'une audition devant la commission de la défense nationale et des forces armées, le général Denis Mercier, Chef d'Etat-Major de l'Armée de l'Air, a indiqué que "les questions qu’ils posent [les militaires égyptiens, NDLR] et les résultats qu’ils ont obtenus aux premiers tests sont très encourageants. Nous allons pouvoir les former assez rapidement". Plus tard, les pilotes et les mécaniciens égyptiens "seront accompagnés par deux pilotes et quelques mécaniciens que nous enverrons en Égypte dans le cadre de la coopération".

Au cours de l'année 2015, la France doit former huit pilotes de chasse ainsi que trente-deux mécaniciens. Les aviateurs sont issus de plusieurs types d'aéronefs différents, et ne sont donc pas tous issus des escadrons composés d'avions de chasse de Dassault Aviation. Si les premiers aviateurs sont considérés comme étant des pilotes confirmés, les prochains qui seront formés en France devraient être de jeunes pilotes.

Partager cet article

Commenter cet article