Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Un procureur brésilien enquête sur des soupçons de corruption après la vente des JAS-39 Gripen au Brésil

Un procureur brésilien enquête sur des soupçons de corruption après la vente des JAS-39 Gripen au Brésil

Photo : (c) Saab - Un Gripen NG suédois lors d'un vol photo au-dessus de la mer.

Lundi 27 Octobre 2014, dix mois après l'annonce du choix du Gripen NG par Brasilia dans le cadre du programme F-X2, qui vise à moderniser la Force Aérienne Brésilienne après le retrait des Mirage 2000C, le suédois Saab et le Brésil ont signé un contrat concernant la vente de trente-six JAS-39 Gripen NG.

Ce contrat, d'un montant de 4,28 milliards d’euros, comprend la vente de 36 Gripen NG, dont 28 appareils monoplaces et huit biplaces, ainsi que les systèmes aéronautiques et l'équipement afin de les mettre en oeuvre. Par ailleurs, sur ces 36 Gripen, quinze appareils seront produits localement, au Brésil, avec le soutien des ingénieurs suédois qui vont être envoyés sur place, puisqu'un accord a été trouvé au sujet du transfert technologie, un point qui est toujours délicat dans les contrats d'armement. Embraer, avionneur brésilien, assurera la majeure partie de la fabrication des appareils qui seront produits au Brésil. Le lieu de l'usine n'est cependant pas encore connu.

Cependant, cette victoire pour l'avionneur suédois Saab pourrait se retrouver entachée avec le récent soupçon de corruption, évoqué par la justice brésilienne. En effet, Vendredi 10 Avril, la justice brésilienne a annoncé enquêter sur des soupçons de corruption entourant l'achat des trente-six Gripen NG.

Une porte-paroles du parquet fédéral de Brasilia a indiqué que l'enquête porte sur de "possibles irrégularités" autour du contrat, avec notamment des questions sur une différence de 900 millions de dollars entre le prix initialement proposé par Saab en 2009, et le prix de la transaction conclue en octobre dernier.

La Force Aérienne Brésilienne s'est défendue en indiquant que cette différence de prix est due aux fluctuations des taux et à certains ajouts au contrat, comme des simulateurs de vol. Elle a nié les irrégularités dans ce contrat, et a dit qu'elle était prête à fournir tous les documents et les clarifications nécessaires pour l'enquête.

Il n'est pas rare dans des contrats d'armement que le prix proposé au départ soit différent lors de la signature entre les deux parties. Lors des négociations, le pays acheteur et le pays vendeur doivent prendre en compte une multitude de points, où il est plus ou moins compliqué de s'entendre, surtout lors d'un transfert de technologies, comme c'est le cas ici. Il faut aussi prendre en compte la technologie qui sera intégrée dans l'aéronef, la formation des pilotes de chasse et des mécaniciens au sol, l'armement choisi pour équiper les appareils, du nombre de pièces de rechange achetées, etc...

A lire >> Contrat d'achat d'avions : Ce qui se cache derrière les milliards. Pour savoir comment est négocié ce type de contrat, et quels sont les différents points à aborder entre l'acheteur et le vendeur, etc...

Partager cet article

Commenter cet article