Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Les MQ-9 Reaper français ont effectué 4 000 heures de vol dans la bande sahélo-saharienne

Les MQ-9 Reaper français ont effectué 4 000 heures de vol dans la bande sahélo-saharienne

Photo : (c) EMA - Un drone MQ-9 Reaper sur le tarmac à Niamey, lors d'un vol de nuit.

Depuis le début du mois de Janvier 2013, l'Armée de l'Air française déploie sur la base aérienne de Niamey, au Niger, deux drones Harfang ainsi que deux drones MQ-9 Reaper au sein de l'Escadron de Drones 1/33 "Belfort", arrivés, eux, en Janvier 2014.

Ces MQ-9 Reaper, qui ne sont malheureusement pas armés, ont pour objectif, tout comme les Harfang, et dans le cadre de l'opération Barkhane, de réaliser des missions de reconnaissance et de surveiller les faits et gestes des groupes terroristes qui évoluent au sein de la bande sahélo-saharienne, entre la Mauritanie, le Mali, le Niger, la Libye, ainsi que le Tchad.

Cet engagement au profit de l'opération française est permanent et il vient de se concrétiser par le franchissement du cap des 4 000 heures de vol effectuées par les deux drones Reaper de l'Armée de l'Air. Dans son ensemble, les pilotes de drones de l'ED 1/33 "Belfort" ont "ainsi réalisé près de 14 400 heures de vol depuis le mois de janvier 2013".

L'Armée de l'Air, dans un communiqué publié Mardi 14 Avril, a indiqué que "dès son arrivée, le drone MQ-9 Reaper MALE (Moyenne altitude, longue Endurance) a su démontrer toute son utilité. Sa vitesse de déplacement et la qualité des images prises par son capteur principal sont devenues un atout indéniable dans la réalisation des missions d'appui renseignement". Par ailleurs, ces MQ-9 Reaper "permettent d’assurer un appui quotidien en matière de FMV (Full Motion Vidéo) et complètent parfaitement l’action du Harfang". L'Armée de l'Air indique aussi que "la capacité "Intelligence, Surveillance and Reconnaissance" (ISR) du drone s’inscrit au cœur de la mission aérienne et vient en appui et en complément des autres capteurs, comme ceux du Rafale avec la RECO NG".

Outre cette complémentarité entre les différents capteurs des aéronefs, il existe aussi une interopérabilité entre la chasse de Barkhane et ses drones. En effet, selon le blog Le Mamouth, du journaliste Jean-Marc Tanguy, un drone MQ-9 Reaper "a réalisé une illumination laser pour la chasse de Barkhane". Selon ses informations, "le MQ-9 de l'escadron 1/33 Belfort a désigné la cible lors d'une frappe intervenue dans la nuit de jeudi à vendredi dernier", en l’occurrence ici entre le 19 et le 20 Mars dernier.

Malheureusement, à côté de cette réussite, se cache une réalité qui est tout autre. En effet, avec la multiplication des opérations extérieures et de l'engagement des Rafale et des Mirage 2000D, que ce soit dans la bande sahélo-saharienne (Barkhane : au Tchad avec quatre Rafale et au Niger avec trois Mirage 2000D), aux Emirats Arabes Unis (Chammal : six Rafale de l'EC 3/30 "Lorraine"), en Jordanie (Chammal : six Mirage 2000D), ainsi que sur le porte-avions Charles de Gaulle (Chammal : onze Rafale M et neuf Super Etendard Modernisés), tous les aéronefs ne peuvent emporter un pod de désignation... car il en manque.

Un troisième MQ-9 Reaper devrait arriver incessamment sous peu sur la base aérienne de Niamey afin de compléter les quatre drones déjà présents. De plus, la France va également commander un second système, qui comprend l'achat "sur étagère" de trois drones supplémentaires, et d'une station de contrôle, où les pilotes contrôlent les drones en vol.

Partager cet article

Commenter cet article