Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Dassault Aviation teste le comportement du Rafale par vent fort de travers

(c) Jean-claude COQUAUD - Atterrissage du Rafale M n°02 avec un fort vent de travers.

(c) Jean-claude COQUAUD - Atterrissage du Rafale M n°02 avec un fort vent de travers.

EXCLUSIF !

Alors que l'Armée de l'Air et la Marine Nationale déploient des Rafale dans la bande sahélo-saharienne (Barkhane), au-dessus de l'Irak (Chammal), ou sur des bases aériennes françaises afin d'assurer la protection de l'espace aérien français, de son côté, la Direction Générale de l'Armement continue de développer son Rafale et de le tester dans des situations délicates, que les pilotes de chasse français pourraient rencontrer en opération.

Entre le Lundi 30 Mars et le Mercredi 1er Avril 2015, sur la base d'aéronautique navale d'Hyères, et profitant des conditions météorologiques favorables à ces expériences, un Rafale M a effectué des touch and go sur la piste d'atterrissage.

En effet, ces essais ont pu être réalisés grâce à la présence du mistral, un puissant vent du Nord/Nord-Ouest qui est, la majorité du temps, accompagné d'un temps ensoleillé. Ce sont donc ces conditions météorologiques particulières qui ont poussé la DGA et Dassault Aviation à effectuer cette série de trois essais "vent de travers".

Selon le quotidien régional Var Matin, Guy Turchet, ingénieur d'essai chez Dassault Aviation, a déclaré que "l'objectif de ces essais n'est pas d'atterrir mais de repousser les limites d'utilisation de l'avion par fort vent de travers". Ces essais, qui permettent de déterminer les limites de "vent de travers" que peuvent supporter les Rafale, ont été menés avec un emport lourd et dissymétrique de trois bombes air-sol AASM (une sous l'aile droite, deux sous l'aile gauche), et d'un missile air-air MICA IR au bout de l'aile gauche.

Si l'on en croit les informations, toujours publiées par Var Matin, "le Rafale a apparemment démontré qu'il restait parfaitement manœuvrable même avec des rafales dépassant les 30 nœuds !". A contrario, avant que ces essais soient réalisés "il semblerait que les limites actuelles d'utilisation du Rafale ne dépassaient pas les 15 nœuds de vent de travers". Cependant, Fabrice Kurz, lui aussi ingénieur chez Dassault Aviation, a indiqué au quotidien "qu'il nous faut encore analyser les données enregistrées, mais les essais semblent conformes à ce qu'on imaginait".

La photo ci-dessus, prise par Jean-claude COQUAUD, représente bien la difficulté de faire atterrir sur une piste un avion de chasse (ici un Rafale M n°02), avec un emport dissymétrique, et avec un fort vent de travers.

Découvrez la galerie Flickr du photographe en cliquant ici !

Partager cet article

Commenter cet article

guf 08/04/2015 15:30

l'impact est moindre pour les appontages, dans la mesure où le CDG se met face au vent pour les approches ;)

dindon 03/04/2015 03:43

Voilà qui est une bonne nouvelle, cela aura notamment un impact sur les appontages sur le CDG si je ne m'abuse ...