Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

La Force Aérienne Royale Saoudienne cherche à vendre 79 F-5 Tiger II

La Force Aérienne Royale Saoudienne cherche à vendre 79 F-5 Tiger II

Le 18 Décembre dernier, sur le site Av Buyer, est apparue une annonce concernant la vente de 79 F-5 Tiger II, appartenant à la Force Aérienne Royale Saoudienne, et utilisés, lorsqu'ils étaient encore en service, pour la formation des pilotes de chasse.

Peu d'informations sont disponibles, mais cette offre prévoit que la "garantie bancaire de 2% de la valeur de l’offre réelle de l’appel d’offres doit être envoyée dans une enveloppe scellée" au Ministère saoudien de la Défense, et que les enveloppes qui seront réceptionnées, seront ouvertes le 20 Février 2015.

Ce n'est pas la première fois que l'Arabie Saoudite met en vente les F-5 Tiger II qu'elle a acquis dans les années 1970 et 1980. En effet, et comme le rappelle justement le média Jane's, en 2009, la Force Aérienne Royale Saoudienne avait déjà mis en vente 55 de ses F-5 Tiger II, et officiellement, seuls deux états ont répondu à cette offre : la République d'Equatoria-Central (un état du Soudan du Sud), ainsi que Singapour. A la suite de cette offre, officiellement, aucunes ventes n'auraient abouti.

Dans le monde entier, de nombreuses forces aériennes utilisent le F-5 Tiger pour des missions d'entraînement et de formation, comme en Espagne ou aux Etats-Unis, mais d'autres l'utilisent comme des avions destinés à effectuer des missions opérationnelles, que ce soit des missions air-air, ou des missions air-sol, comme au Kenya ou en Thaïlande. L'appareil, qui est le huitième avion de combat le plus utilisé au monde, et qui représente 3% de la flotte totale des avions de combat sur la planète selon le rapport World Air Force 2014 de Flight Global, pourrait trouver facilement un repreneur.

Cependant, l'état qui déciderait d'acquérir des F-5 Tiger II afin de gonfler sa flotte d'avions de chasse, devra obligatoirement avoir une réponse de la part de l'entreprise américaine Northrop (Northrop Grumman depuis 1994), ainsi que du congrès des Etats-Unis, étant donné que l'appareil est composé d'éléments fabriqués par des entreprises américaines.

Photo : Un F-5F Tiger II de la Force Aérienne Royale Saoudienne, en 1992, lors de l'opération Bouclier du Désert

Partager cet article

Commenter cet article

Stéphane 03/01/2015 18:07

Bonjour et meilleur vœux 2015 !

Très bon reportage, mais j'ai des questions.

L'Arabie Saoudite n'a pas acheté de monoplace de combat ? A ou E ?

Quand au F, il à été retiré du service quand, le 18 décembre 2014 ?

Merci pour vous réponse, et l'attend avec impatience d'autre lectures de vous.

Bonne soirée.

JS Seytre 18/01/2015 16:10

En fait, la règle américaine ITAR (International Traffic in Arm Regulation) qui régit l'exportation de matériel militaire ou même d'information sensible, stipule que l’acquéreur s'engage à ne pas ré-exporter ce matériel. Si cette clause n'est pas respectée, l'importateur coupable de ré-exportation s'expose à des sanctions de l'administration américaine. Dans le cas des Iraniens, je ne crois pas qu'un risque supplémentaire de sanctions venant des Etats-Unis le émeuvent beaucoup.

JS Seytre 18/01/2015 16:09

En fait, la règle américaine ITAR (International Traffic in Arm Regulation) qui régit l'exportation de matériel militaire ou même d'information sensible, stipule que l’acquéreur s'engage à ne pas ré-exporter ce matériel. Si cette clause n'est pas respectée, l'importateur coupable de ré-exportation s'expose à des sanctions de l'administration américaine. Dans le cas des Iraniens, je ne crois pas qu'un risque supplémentaire de sanctions venant des Etats-Unis le émeuvent beaucoup.

petitmarmotin 02/01/2015 13:45

Je suis surpris par le dernier paragraphe : si je comprend que pour une vente d'appareils neufs, le fabricant ait besoin de l'aval du congrès, je pensais que dans le cas d'une "seconde main", le pays vendeur (l'Arabie Saoudite dans ce cas) pouvait s'en passer, étant un état souverain...
Je n'imagine pas une seconde l'Iran demandant l'autorisation aux USA s'il avait voulu vendre ses F-4 et F-14 lorsqu'ils étaient encore en état...

Defens'Aero 02/01/2015 19:37

Si vous le dites... ?
J'ai toujours été persuadé qu'il fallait l'aval du constructeur, même dans le cas d'une "seconde main"...