Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Les A-10 Thunderbolt II ont commencé à effectuer des passes-canon en Irak

Le 24 Novembre dernier, l'US Air Force Central Command a publié un communiqué succinct, dans lequel il déclare que "plusieurs A-10 Thunderbolt II" sont arrivés au Moyen-Orient entre le Lundi 17 et le Vendredi 21 Novembre. Les appareils, les pilotes, ainsi que le personnel au sol, qui sont issus du 122nd Fighter Wing, habituellement stationné sur la base aérienne de Fort Wayne, dans l'Indiana, vont être intégrés au 332nd Air Expeditionary Group.

La communication officielle n'a pas donné la base aérienne où les appareils sont stationnés, et a bien précisé que les aviateurs sont déployés dans la région afin de "soutenir l'opération Inherent Resolve, ainsi que toutes les autres qui se déroulent dans la région". L'unité qui a été déployée sur place est très expérimenté puisque depuis sa transformation sur A-10 "Warthog" en 2010, elle enchaîne les missions en Afghanistan. Sa dernière mission sur place remonte en Octobre, et les aviateurs avaient pour objectif de protéger les convois américains et anglais qui se retiraient du pays.

Désormais, les pilotes de chasse américains ont vite repris les habitudes qu'ils avaient sur les autres théâtres d'opérations puisqu'au moins un A-10 "Warthog" a appuyé des troupes au sol, en effectuant une passe-canon sur une position jihadiste. Le célèbre "BRRRTT" du canon de l'A-10 peut être entendu entre 0:05sec et 0:07sec.

Les "Warthog" ne sont pas les seuls à avoir réalisé des passes-canon sur le territoire irakien. En effet, Mercredi 22 Octobre, alors que des militaires des forces armées irakiennes étaient pris à parti par des jihadistes de l'Etat Islamique, des Rafale ont effectué des passes-canon afin d'appuyer les soldats irakiens. Selon le porte-paroles de l'Etat-Major des Armées, le Colonel Gilles Jaron, les Rafale ont du utiliser leur canon de 30mm étant donné que l'utilisation d'une bombe guidée laser aurait occasionné des dommages collatéraux sur les militaires irakiens, et que la distance entre les deux entités combattantes était trop faible.

Partager cet article

Commenter cet article