Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

L'Etat Islamique a publié un interview du pilote de chasse jordanien qui s'est écrasé en Syrie

L'Etat Islamique a publié un interview du pilote de chasse jordanien qui s'est écrasé en Syrie

Le 24 Décembre dernier, au cours d'une mission contre les jihadistes de l'Etat Islamique, ces derniers auraient abattu un F-16A de la Force Aérienne Royale Jordanienne.

D'après les différents médias internationaux, ainsi qu'un communiqué de presse officiel diffusé via l'agence de presse Petra, la Jordanie a confirmé qu'un F-16A s'est écrasé en Syrie, dans la région de Racca, au cours d'une mission contre plusieurs cibles appartenant à l'Etat Islamique. Cependant, plusieurs versions existes et diffèrent suivant les belligérants.

D'après l'Etat Islamique, qui a imposé un califat à cheval sur la Syrie et l'Irak, le F-16A de la Force Aérienne Royale Jordanienne a été abattu par un missile sol-air MANPADS, alors que celui était vraisemblablement en train de voler en basse altitude, parce qu'il avait un problème technique, ou parce qu'il effectuait sa mission. Toutefois, il est impossible de donner le type du lanceur, contrairement à ce qui a pu être dit sur certains médias, étant donné que chaque antagoniste donne sa propre version des faits.

Par la suite, quelques heures après la publication de ces premières informations, l'US Central Command a déclaré dans un communiqué que "les éléments de preuve indiquent clairement que l'Etat Islamique n'a pas abattu l'appareil contrairement à ce que soutient l'organisation terroriste".

Bien que les origines de cet accident soient encore inconnues, ce qui est sur, c'est que Amman a bel et bien perdu un F-16A, puisque une source militaire jordanienne a indiqué que "lors d’une mission menée mercredi matin par plusieurs avions de l’armée de l’air jordanienne contre les repaires de l’organisation terroriste EI dans la région syrienne de Raqa, un de nos appareils est tombé et le pilote a été pris en otage par l’organisation terroriste".

Les diverses photos postées dans la journée par les jihadistes de l'Etat Islamique, très actifs sur les réseaux sociaux comme Twitter, ont montré qu'il s'agissait d'un F-16A, monoplace et mono-réacteur, qui s'est écrasé sur le territoire syrien. Le pilote d'environ 24 ans, qui se prénommerait Maaz al-Kassasbeh, est actuellement détenu par les jihadistes de cette même organisation après qu'il se soit éjecté de son appareil.

Quelques jours après sa capture dans une rivière, l'Etat Islamique a, dans sa revue de propagande Dabiq, publié le simulacre d'un interview où le pilote de chasse jordanien y explique quelques informations sur la mission qu'il effectuait, et les événements qui ont amené à sa capture.

Le pilote jordanien a déclaré avoir décollé aux alentours de 06h15 (heure locale) de la base aérienne jordanienne d'Azraq, aussi connue sous le nom de Muwaffaq Salti Air Base, avec un second F-16A appartenant lui aussi à la Jordanie. Après avoir ravitaillé vers 08h00, sa formation a rejoint des F-16 et des F-15 appartenant aux Forces Aériennes Royales Marocaines (lire mon article à ce sujet ici), à la Force Aérienne Royale Saoudienne, ainsi qu'à la Force Aérienne des Émirats Arabes Unis.

Rapporté par Jane's (article ici, en anglais), l'interview indique également que les F-16A jordaniens avaient pour mission d'assurer la protection du raid face à une possible menace provenant des aéronefs syriens, ou des menaces sol-air et anti-aériennes.

Le pilote continue de narrer sa mission est indique que "nous sommes entrés dans la région d'Al-Raqqah [en Syrie] pour nettoyer la zone, puis les avions sont arrivés pour commencer leur attaque. Mon avion a été frappé par un missile à tête chercheuse. J'ai entendu et ressenti son coup au but... L'avion a commencé à dévier de sa trajectoire de vol, donc je me suis éjecté. J'ai atterri dans l'Euphrate en parachute et le siège m'a bloqué au sol jusqu'à ce que je sois capturé".

Il a également précisé que "l'autre pilote jordanien de la mission m'a contacté et m'a dit que j'ai été frappé et que le feu sortait du réacteur de mon avion".

Une version que conteste l'US Central Command, ainsi que la Jordanie. Cependant, cette dernière a récemment publié un second communiqué dans lequel elle indiquait qu'elle ne pouvait pas réellement établir la cause de ce crash, étant donné que les enquêteurs n'ont pas accès à la carcasse de l'aéronef.

Le pilote, qui porte une tenue orange, semblable à celles portées par les détenus de Guantánamo, a également donné des informations complémentaires concernant la base où il a décollé. Selon ses déclarations, la base aérienne d'Azraq accueille les Mirage 2000D de l'Armée de l'Air, ce que la France n'a jamais voulu officiellement confirmer. De plus, le pilote américain qui a été tué dans le crash de son F-16C le 30 Novembre dernier (lire l'article à ce sujet) aurait eu l'accident sur cette même base aérienne jordanienne.

Photo : Le jeune pilote de chasse jordanien, avec le tee-shirt blanc sur la photo, entouré par des jihadistes de l'Etat Islamique.

Partager cet article

Commenter cet article

Stéphane 04/02/2015 20:52

Putain, quelle bande de débiles, ils ont dans une cage, brûlé vif, mon pilote de F16 Jordanien !

Je suis dégoûté et choqué !!