Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Les Rafale de l'Armée de l'Air frappent des positions de l'Etat Islamique en Irak

Les Rafale de l'Armée de l'Air frappent des positions de l'Etat Islamique en Irak

Hier Jeudi 18 Septembre, à l'occasion de sa conférence de presse organisée à l'Elysée face à 350 journalistes, le président François Hollande avait déclaré que "dès que nous aurons identifié des cibles, nous agirons, dans un délai court", afin de frapper des positions des jihadistes de l'Etat Islamique (ou Daech, mais c'est la même chose, en arabe). Cette décision a été prise en réponse aux demandes des autorités irakiennes, dans un cadre juridique.

Ces frappes aériennes, évoquée la veille par le Chef de l'Etat, ont donc été réalisées le lendemain matin, aux alentours de 9h40, par deux Rafale de l'Escadron de Chasse 3/30 "Lorraine", accompagnés par un ravitailleur C-135FR, ainsi qu'un Atlantique II de la Marine Nationale, qui réalisé ici une mission à des fins de renseignement.

C'est dans un communiqué, publié par l'Elysée, que l'on apprend que ce raid aérien a visé "un dépôt logistique des terroristes de l’organisation Daech dans le Nord-Est de l’Irak. L’objectif a été atteint et entièrement détruit". Ce dépôt logistique, "repéré dans la région de Mossoul par les missions de reconnaissance et de renseignement effectuées cette semaine", selon l'Etat Major des Armées, a été frappé par quatre bombes air-sol GBU-12, larguées depuis les deux Rafale qui participaient à cette mission. Les Rafale, stationnés sur la base aérienne 104 d'Al Dhafra, se sont posés aux Emirats Arabes Unis aux alentours de 10h40, selon Nicolas Bertrand, journaliste à France 2, et envoyé spécial sur place.

L'EMA précise également que cette opération est "commandée par le chef d’état-major des armées, le général Pierre de Villiers, et réalisée sous le contrôle opérationnel du contre-amiral Beaussant, amiral commandant la zone océan Indien (ALINDIEN)." Il est également précisé que "ce raid aérien a été conduit en coordination avec les autorités irakiennes et avec nos alliés présents dans la région".

Le communiqué de l'Elysée ajoute que "d’autres opérations se poursuivront dans les prochains jours" et que "le Parlement sera informé dès la semaine prochaine par le Premier Ministre des conditions de l’engagement de nos forces aux côtés des forces armées irakiennes et des Peshmerga", comme le veut la Constitution française. L'objectif de ces missions, et de ce nouvel engagement, le sixième depuis l'arrivée de François Hollande à la tête de l'Etat, sera d' "affaiblir Daech et de restaurer la souveraineté irakienne".

Quelques heures après ces premières frappes aériennes, François Hollande s'est exprimé à l'Elysée en précisant notamment que la France n'enverra pas de troupes françaises au sol, en Irak. Cependant, même si cela n'est pas officiellement confirmé, des éléments des forces spéciales françaises sont déjà sur place, dans le Nord de l'Irak, afin d'aider et d'instruire les combattants à qui la France a livré des armes, et pourquoi pas, afin de coordonner et d'assurer le ciblage d'objectif pour les avions de chasse français.

Photo : (c) EMA - Deux Rafale qui ont participé aux frappes aériennes en Irak. Outre les GBU-12, les appareils emportent un missile air-air MICA IR, et un pod de ciblage Damoclès.

Partager cet article

Commenter cet article

Philippe Hautil 19/09/2014 14:10

Il est intéressant de constater que ces Rafale portent des Mica de façon asymétrique pour sans doute compenser le poids du pod Damoclès de l'autre côté de l'avion...

Defens'Aero 19/09/2014 23:03

Pour compenser le poids de la nacelle ? Non, je ne pense pas.

Plutôt pour leur sécurité, même si le risque est limité, il y a la Syrie à côté.

Pour compenser le poids, les commandes électriques sur le Rafale sont un petit bijoux de technologie ;-)

Loïc.