Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Un marin de l'US Navy piratait des données personnelles à bord du porte-avions USS Harry Truman

Un marin de l'US Navy piratait des données personnelles à bord du porte-avions USS Harry Truman

Un marin de l'US Navy, embarqué à bord du porte-avions américain USS Harry Truman, a récemment plaidé coupable devant un tribunal dans l'Oklahoma. Le motif ? L'ancien militaire est accusé d'avoir piraté des données personnelles appartenant à différents personnels de l'US Navy.

Ces données, qui étaient stockées dans le logiciel peu sécurisé SmartMove qui permet de, selon un quotidien anglais, coordonner le changement des adresses des différents marins de l'US Navy ont été récupérées alors que le principal hacker se trouvait lui-même sur le porte-avions, puisqu'il était administrateur et avait la responsabilité du système qui gère les deux réacteurs nucléaires, présents à bord du navire.

Agé de 27 ans, il était le chef d'une équipe de hackers appelée "Team Digi7al" et qui sont accusés d'avoir piraté une vingtaine de sites Internet, dont celui des services de police de Toronto, et de l'université de Stanford. Lors de ces attaques, les individus tentaient de récupérer des informations confidentielles et personnelles, comme des numéros de sécurité sociale.

Pour réussir leurs opérations, les voleurs pratiquaient uniquement des petites opérations, de manière qu'elles ne soient pas visibles. Cependant, alors que le hackers se trouvait à bord de l'USS Harry Truman, des services de l'US Navy ont détecté un tweet de ce groupe, envoyé depuis un ordinateur du bâtiment de guerre. Des fonctionnaires du Navy Criminal Investigative Service (NCIS) ont échafaudé un plan minutieux et créé de fausses données qui étaient intéressantes à récupérer pour l'ancien marin américain, ce qui a permis de trouver précisément l'origine du "hack".

Présenté devant un juge hier Mardi 21 Mai, l'accusé présumé a plaidé coupable pour vols d'identités. Il encoure jusqu'à cinq de prison et une amende de 250.000 dollars (182.650 €).

Photo : le porte-avions USS Harry Truman.

Partager cet article

Commenter cet article