Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Defens'Aero

Le Rafale doublé par le Gripen au Brésil (actualisé-2)

Le Rafale doublé par le Gripen au Brésil (actualisé-2)

Lors d'une conférence de presse qui s'est tenue aujourd'hui même, le Ministre de la Défense a déclaré que le JAS-39D Gripen NG de Saab avait été choisi, et que le Brésil entrait dans des négociations exclusives avec Saab, au détriment du Rafale de Dassault Aviation et du F/A-18 Super Hornet de Boeing.

Lors de la conférence, le Ministre de la Défense Celso Amorim a indiqué : "Après avoir analysé tous les faits, la présidente Dilma Rousseff m'a chargé d'informer que le vainqueur (...) est l'avion suédois Gripen NG"

Le contrat FX-2 porte sur l'acquisition de 36 appareils, pour un montant d'environ 4,5 milliards de dollars. Les premiers avions seraient livrés à partir de 2018. Pendant dix ans, et avec de multiples rebondissements, tous les avions étaient potentiellement gagnants. Cependant, le Rafale avait un coût trop élevé pour le Brésil, qui doit faire face à une crise financière, sociale et une coupe du monde qui coûte cher elle aussi. Quant au F/A-18 Super Hornet, celui ci avait perdu beaucoup de crédibilité, lors des "révélations" faîtes par Edward Snowden au sujet des écoutes de la NSA.

Le principal choix est dû à son faible coût et à un transfert de technologie qui est plus important que ses concurrents. L'entretien et la mise en oeuvre de l'appareil a également été pris en compte.

L'avion suédois monoréacteur vole déjà dans cinq pays différents : Suède, Hongrie, République Tchèque, Afrique du Sud et Thaïlande.

Mise à jour 19/12 19h30 : Dans un communiqué de presse publié hier soir, Dassault Aviation a déclaré qu'il "regrett[e] que le choix se porte sur le GRIPEN, doté de nombreux équipements d’origine tierce, notamment américaine".

L'entrepreneur s'est justifié en disant que l'avion suédois "n’est pas équivalent en termes de performances et donc de prix. Cette logique financière ne prend en compte ni le ratio coût-efficacité favorable au RAFALE, ni le niveau de la technologie offerte".

Partager cet article

Commenter cet article